25 ans du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires

Le 24 septembre 2021 marque les 25 ans de la signature par la France du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE). Ce traité constitue un élément central du bilan français en matière de désarmement et illustre son approche progressive et pragmatique du désarmement nucléaire.

Le soutien de la France au TICE

La France a été le premier État doté de l’arme nucléaire à signer le TICE, aux côtés du Royaume-Uni, le 24 septembre 1996, puis à le ratifier. C’est le seul État à avoir démantelé de manière irréversible son site d’essais nucléaires. Elle affiche un bilan exemplaire dans son soutien à l’Organisation du TICE (OTICE), tant sur le plan scientifique que budgétaire. La contribution française au système de surveillance international de l’OTICE est significative avec plusieurs installations :

  • 16 stations situées sur son territoire,
  • 8 stations situées à l’étranger,
  • 1 laboratoire radionucléaire certifié.

Avec la certification de la station IS25, à la Guadeloupe en 2021, la France remplit désormais tous ses engagements au titre du traité et se singularise par cet effort.

Aujourd’hui, 185 États ont signé le TICE et 170 l’ont ratifié. 8 États, « dits de l’annexe II », c’est à dire identifiés comme indispensables à l’entrée en vigueur du TICE, manquent encore à l’appel.

La France est pleinement engagée en faveur de l’universalisation du TICE et a coparrainé la résolution 2310 du Conseil de sécurité des Nations unies qui exhorte l’ensemble des États qui ne l’ont pas encore fait, à signer et à ratifier ce traité.

Une exposition pour en savoir plus sur le traité

Dans le cadre de cet anniversaire, le Commissariat à l’Énergie atomique (CEA) a préparé une exposition relatant les négociations du TICE, l’implication de la France pour qu’elles aboutissent, les grands principes du traité ainsi que sa mise en œuvre. Cette exposition est consultable en ligne.

Dernière modification : 29/09/2021

Haut de page