Afghanistan : il faut redoubler d’efforts pour la protection des civils [en]

Afghanistan
Intervention de M. Nicolas de Rivière, représentant permanent de la France auprès des Nations unies
Conseil de sécurité – 26 juillet 2019

Merci Monsieur le Président,

Permettez-moi tout d’abord d’adresser mes condoléances aux familles des victimes des attentats qui ont touchés Kaboul hier. Une fois de plus, des populations civiles ont été prises à partie dans des circonstances tragiques. Je remercie la Secrétaire générale adjointe, Amina Mohammed, pour son intervention et surtout pour la visite qu’elle a menée la semaine dernière en Afghanistan. Celle-ci a permis d’envoyer un message fort sur la participation et la protection des femmes. Je souhaiterais également remercier Madame Di Carlo pour sa présentation et Madame Afghani pour son engagement en faveur de l’inclusion des femmes dans la vie politique afghane. Je remercie enfin le Pérou, l’Allemagne et l’Indonésie d’avoir pris l’initiative d’organiser cette réunion. L’égalité entre les femmes et les hommes et la participation des femmes est une priorité de la diplomatie française menée par le Président Macron, en Europe, au G7, comme aux Nations unies. Nous nous réjouissons d’avoir l’occasion d’échanger aujourd’hui sur ce sujet.

Je formulerai aujourd’hui deux observations principales :

1/- La première porte sur la question de la protection des femmes. Elles demeurent, comme les dernières 24 heures l’ont une nouvelle fois soulignées, les premières victimes du conflit. Nous ne devons pas perdre de vue qu’elles continuent de faire l’objet des pires violences, notamment dans les zones contrôlées par les talibans. La France réitère son plein soutien à l’Afghanistan et aux efforts continus du gouvernement pour protéger les femmes des violences notamment sexuelles. Nous saluons les engagements entrepris afin de mettre pleinement en œuvre le plan d’action « Femmes, Paix et Sécurité » et appelons l’Afghanistan, avec le soutien de la MANUA et de la communauté internationale, à poursuivre en ce sens. Nous rappelons l’importance du programme Spotlight de l’Union européenne pour renforcer la lutte contre les violences à l’égard des femmes et favoriser ainsi leur autonomisation et l’égalité des femmes et des hommes.

2/- Ma seconde remarque porte sur la participation des femmes dans le processus de paix et la vie politique afghane, celle-ci doit, plus que jamais, demeurer au cœur des préoccupations du gouvernement afghan, de la MANUA et de la communauté internationale. Pour s’inscrire dans la durée et répondre aux attentes de l’ensemble de la population, le processus de paix devra être inclusif. Il est indispensable que les femmes participent de manière directe et significative aux discussions de paix. La France salue les progrès réalisés lors de la réunion de Doha les 7 et 8 juillet. Nous avons accueilli à Paris en juin dernier une délégation de quinze femmes afghanes pour échanger sur leur rôle dans le processus de paix et effectuer des formations à la négociation. Pour autant, le chemin à parcourir reste long et la préservation et le renforcement des acquis de l’Afghanistan en matière de droits de l’Homme - dont les droits des femmes - doit demeurer une priorité absolue.

A deux mois des élections présidentielles, il est donc essentiel de poursuivre les efforts en faveur d’une pleine participation des femmes à la vie politique et aux processus électoraux. Des progrès ont été enregistrés puisque les femmes constituent désormais 35% de l’électorat pour les élections présidentielles à venir de septembre, soit une augmentation de 8% par rapport aux élections législatives d’octobre dernier. Nous encourageons le gouvernement afghan à prendre toutes les mesures permettant à toutes les femmes afghanes de voter. Il est regrettable qu’aucune femme ne soit candidate aux élections du 28 septembre. Les femmes continuent d’être confrontées à de trop nombreuses qui vont de l’intimidation et des menaces physiques au manque de moyens financiers. Notre soutien, dans le cadre de la MANUA et au-delà, reste donc indispensable.

Monsieur le Président,

Permettez-moi, pour conclure, de réaffirmer les trois priorités sur lesquelles nos efforts doivent porter en cette période charnière : (i) d’abord, redoubler d’efforts pour la protection des civils, y compris du personnel humanitaire et médical, et répondre aux besoins humanitaires ; (ii) ensuite, faire aboutir les efforts pour atteindre une paix négociée et durable en Afghanistan ; (iii) enfin, assurer la tenue et le bon déroulement des élections présidentielles. Il est impératif que la communauté internationale et en particulier le Conseil de sécurité continent à accompagner l’Afghanistan vers la paix, la démocratie et le développement.

Merci Monsieur le Président.

Dernière modification : 26/07/2019

Haut de page