Au Yémen, une solution politique à la crise s’impose [en]

Yémen
Intervention de M. Nicolas de Rivière, représentant permanent de la France auprès des Nations unies
Conseil de sécurité - 22 novembre 2019

Madame la Présidente,

Je tiens à remercier Martin Griffiths et Ursula Mueller pour leurs exposés.

Cela devient chaque jour plus évident : il faut trouver une solution politique à la crise yéménite.

Comme l’a bien montré l’Envoyé spécial du Secrétaire général, nous percevons des signes positifs et encourageants de désescalade. Cette dynamique doit se poursuivre et se traduire par des progrès tangibles sur le terrain pour parvenir à une décrue significative des hostilités.

Nous avons salué l’adoption de l’accord de Riyad. Il représente une étape importante du règlement de la crise et permet de préserver l’unité et l’intégrité territoriale du Yémen. Il doit désormais être pleinement mis en œuvre.

Les discussions en vue d’une solution politique globale et inclusive doivent reprendre, sans délai ni précondition.

Dans la recherche de cette solution comme dans sa mise en œuvre, les Nations unies ont un rôle essentiel de médiation et de supervision à jouer.

Un règlement politique est la seule issue pour le peuple yéménite, qui continue de souffrir d’une situation humanitaire catastrophique.

Le respect du droit international humanitaire n’est pas négociable : il s’impose à tous. Je pense d’une part, à la protection des civils, y compris celle des personnels humanitaires et médicaux, ainsi que des infrastructures civiles ; et d’autre part, à la garantie d’un accès humanitaire complet. Toutes les parties au conflit doivent y veiller. Les restrictions croissantes imposées par les Houthis aux acteurs humanitaires empêchent des millions de personnes de bénéficier d’aide. Cela est inacceptable. La bonne coordination de l’aide doit être une priorité et tout doit être mis en œuvre pour faciliter le travail des acteurs humanitaires. Il est essentiel que les Nations unies puissent aussi avoir accès au pétrolier Safer, qui représente une grave menace potentielle pour l’environnement : une fuite de pétrole aurait un impact dramatique sur toute la région.

Madame la Présidente,

Vous pouvez compter sur la France pour rester pleinement mobilisée dans la recherche d’une solution politique à la crise yéménite, au sein de ce Conseil bien sûr, mais aussi plus largement dans le cadre de ses efforts en faveur d’une désescalade régionale.

Je vous remercie.

Dernière modification : 22/11/2019

Haut de page