Beaucoup de chemin a été fait depuis que l’accord de paix a été conclu il y a quatre ans [en]

COLOMBIE

INTERVENTION DE MME SHERAZ GASRI
COORDINATRICE POLITIQUE DE LA REPRESENTATION PERMANENTE DE LA FRANCE AUPRES DES NATIONS UNIES
AU CONSEIL DE SECURITE

New York, le 14 octobre 2020

Je remercie à mon tour le représentant du Secrétaire général Carlos Ruiz Massieu pour sa présentation et pour son engagement, et à mon tour je salue la présence parmi nous de la Ministre des Affaires étrangères de la Colombie. C’est une participation qui nous honore tous.

Monsieur le Président,

Beaucoup de chemin a été fait depuis que l’accord de paix a été conclu il y a quatre ans, grâce aux efforts du gouvernement et du peuple colombiens. Nous le saluons. Il faut également reconnaître avec lucidité que, au regard de l’ambition de 2016, un certain nombre de dispositions de l’accord sont encore insuffisamment mises en œuvre. L’accord de paix a en effet été conçu comme un ensemble dont les dispositions sont indissociables. Je reviendrai à cet égard sur quatre points.

Premièrement, nous regrettons la poursuite des violences. Nous condamnons les multiples assassinats qui ont eu lieu au cours des derniers mois, y compris les assassinats d’enfants et de jeunes, mais aussi d’anciens combattants, de figures de la société civile et des défenseurs des droits de l’Homme. Ces crimes doivent cesser et les responsables doivent être traduits en justice. Ainsi que l’a souligné le Secrétaire général dans son rapport, des mesures en apparence simples peuvent être prises rapidement. Il faut faire un meilleur usage du système d’alerte précoce placé auprès du Bureau du Médiateur. Et il faut encourager la Commission nationale sur les garanties de sécurité à finaliser une politique publique de démantèlement des organisations criminelles ; beaucoup l’ont dit avant moi. Sur le long terme, il est impératif de renforcer la présence de l’Etat sur l’ensemble du territoire, y compris dans les zones les plus reculées.

Deuxièmement, la France souhaite reconnaitre les efforts qui ont été faits en matière de réintégration des anciens combattants au cours des derniers mois, en dépit de la pandémie et malgré l’impact du confinement sur les projets productifs. Ces efforts doivent être poursuivis, en mettant l’accent notamment sur les anciens combattants qui résident en dehors des anciennes zones territoriales de formation et de réintégration. Il est également important de surmonter la question de la terre, qui se pose depuis longtemps.

Troisièmement, le système global pour la vérité, la justice, les réparations et la non-répétition constitue une pièce maîtresse de l’accord de paix. Nous l’avons souligné régulièrement dans ce Conseil. Nous souhaitons que la mission de vérification contribue à la vérification de l’application des sanctions de la juridiction spéciale pour la paix. Nous nous tenons prêts à lui confier ce rôle lorsque les Colombiens en feront la demande.

Quatrième point et ce sera mon dernier, un autre domaine dans lequel de nouveaux progrès sont attendus est le programme de substitution des cultures illicites, qui représente un immense espoir pour des milliers de familles. Il est crucial que ce programme obtienne les ressources nécessaires pour financer les projets de production de substitution. C’est une condition du succès à long terme du programme. Les chapitres de l’accord touchant aux questions ethniques et de genre doivent également faire l’objet d’une attention toute particulière. Nous prenons note à cet égard des propos du RSSG sur l’exemplarité de la situation colombienne en ce mois important pour l’agenda « Femmes, paix et sécurité », et sur l’importance de mettre en œuvre les dispositions de l’accord qui étaient prévues.

Monsieur le Président,

Pour finir, le processus de paix en Colombie fait face à des défis dont nous ne méconnaissons pas l’importance. La France, à titre national, au sein du Conseil de sécurité et de l’Union européenne, continuera d’apporter tout son soutien à tous ceux qui, en Colombie, sont au quotidien mobilisés pour relever ces défis.

Dernière modification : 14/10/2020

Haut de page