CAAC : La France salue le lancement officiel du guide pratique [en]

CAAC
Intervention de M. Nicolas de Rivière, représentant permanent de la France auprès des Nations unies
Conseil de sécurité – 12 février 2020

Monsieur le Président,

Je tiens à remercier le Roi des Belges pour sa participation à notre débat, et la Belgique d’avoir pris l’initiative de cette séance, une nouvelle preuve de son engagement en faveur de la protection des enfants dans les conflits armés. Je salue notamment son action à la tête du Groupe de travail, alors que nous commémorons les quinze ans de sa résolution fondatrice.

Monsieur le Président,

Dès 1999, le Conseil de sécurité a appelé les parties prenantes à inscrire la protection de l’enfance dans les négociations de paix. En 2007, les Principes et Engagements de Paris ont préconisé l’inclusion de dispositions spécifiques aux enfants dans les accords de paix et de cessez-le-feu.

Des progrès importants ont donc été accomplis. Mais l’actualité en Syrie, au Yémen, en Birmanie, au Sahel, en Afghanistan, et ailleurs nous rappelle chaque jour que beaucoup reste à faire.

Nous saluons aujourd’hui le lancement officiel du guide pratique que nous venons d’endosser. Nous remercions le Secrétaire général, la représentante spéciale, et tous ceux qui ont participé à son élaboration. Ce guide est une véritable boîte à outils, souple et adaptable. Les négociateurs et médiateurs auront désormais une boussole pour intégrer la protection de l’enfance dans leur action.

Ce guide illustre aussi ce que doit être une médiation réussie, telle que la France la conçoit : associer diplomatie de court terme pour apaiser une situation tendue et stabilisation de long terme, indispensable pour une paix durable. La protection de l’enfance permet d’inscrire la démarche dans le long terme.

Nous serons attentifs à ce que ce guide ne reste pas lettre morte. Tous les acteurs concernés doivent se l’approprier et en soutenir la teneur sans équivoque. Ce ne sont pas seulement les spécialistes de la protection de l’enfance qui sont concernés. C’est un enjeu majeur de ce guide : ses principes sont connus, mais pas encore suffisamment diffusés et systématisés. Ou comme on dit en bon français, la thématique des enfants dans les conflits a besoin de « mainstreaming ».

A cet effet, je voudrais formuler trois propositions :

Premièrement, les représentantes et représentants spéciaux du Secrétaire général devraient être systématiquement sensibilisés aux principes du Guide avant leur prise de fonction ;

Deuxièmement, ils pourraient présenter leur action et priorités en la matière devant le Groupe de travail sur les enfants et les conflits armés – afin de veiller à ce que la protection de l’enfance soit prise en compte tout au long de l’exécution de leur mandat ;

Enfin, la question des enfants dans les conflits armés pourrait être un axe à part entière de la coopération entre le Conseil de Sécurité et l’Union africaine au cours des prochaines années.

A ce sujet, nous n’acceptons pas que le dispositif mis en place par le Conseil de sécurité puisse être paralysé. Le Mécanisme de Communication et de Suivi des violations est plus que jamais indispensable et j’en appelle à la responsabilité de chacun pour lui donner plein effet. Le groupe de travail doit en particulier pouvoir adopter ses conclusions sur le Yémen, sur la République Centrafricaine et sur l’Afghanistan qui sont négociées depuis plusieurs mois déjà. Nous renouvelons par ailleurs notre appel à la ratification universelle de la Convention et des trois protocoles, et à l’endossement des Principes des Engagements de Paris.

Monsieur le Président,

Vous connaissez l’engagement de la France en faveur de la protection des enfants dans le contexte des conflits armés. C’est une priorité que nous défendons aux Nations unies mais aussi sur le terrain, en lien avec la représentante spéciale, que je tiens à saluer, l’UNICEF et une société civile très engagée, dont je salue également le travail indispensable, et qui est représentée aujourd’hui par Madame Becker. Soyez assurés que nous poursuivrons nos efforts en la matière.

Je vous remercie.

Dernière modification : 12/02/2020

Haut de page