COVID19 : La pandémie n’épargne personne

Webinaire « Covid 19 - Réponse de l’aide internationale à l’urgence des pays en développement »
Intervention de M. Nicolas de Rivière, représentant permanent de la France auprès des Nations unies
17 avril 2020

Mesdames et messieurs, chers collègues et amis,

C’est pleinement conscient de la dimension du drame humain qui se joue en ce moment et de l’ampleur de la tâche qui nous attend tous, que je prends la parole devant vous. Près de trois millions de malades confirmés, des centaines de milliers de malades en difficulté, des dizaines de milliers de morts…

La pandémie ne vise personne et n’épargne personne. Combien de familles à travers le monde sont déjà éprouvées, par la maladie d’abord, par ses conséquences ensuite.

Je reprendrai les mots du Secrétaire général des Nations unies pour vous dire que cette pandémie est non seulement une crise sanitaire sans précédent, mais également une crise économique, une crise sociale, bref une crise globale.

Face à ce fléau, il n’y a pas de rôle trop modeste, d’idée trop simple. Nous pouvons et nous devons tous participer aux efforts communs pour surmonter cette crise. Nous avons tous besoin les uns des autres. N’oublions pas que la santé humaine est un bien public mondial.

Cet esprit de coopération anime des centaines d’institutions, qu’elles soient publiques ou privées, du nord ou du sud, qui dans un effort sans précédent travaillent ensemble à travers le monde pour enrayer l’épidémie. Je citerai ainsi l’emblématique institut Pasteur.

Je salue également le dévouement remarquable des personnels de santé à travers le monde.

J’en viens maintenant à ce séminaire.

N’oublions pas que si toutes les nations sont égales devant cette crise, elles n’ont pas nécessairement toutes les mêmes moyens pour y répondre.

Là encore, la solidarité ne doit pas être un vain mot face aux combats qui restent à mener. Dans ce cadre je citerai par exemple le moratoire sur la dette des pays les plus endettés, mesure soutenue par la France et récemment endossée par le G7.

Bien entendu, l’OMS coordonne une partie de la lutte contre la pandémie. Mais d’autres organisations multilatérales et les agences des Nations unies sont elles aussi en première ligne pour épauler les nations fragilisées par la crise, et apporter une aide indispensable, notamment aux pays en développement. Qu’il s’agisse d’une aide logistique, financière, de la fourniture de matériel, etc. Elles vous en parleront tout à l’heure et je les en remercie par avance.

Je salue également l’ensemble des participants à ce séminaire : leur présence marque la conscience d’enjeux qui dépassent le simple cadre national.

Aussi, je forme des vœux pour que les échanges de cette matinée permettent à toutes et à tous de mesurer pleinement l’importance de l’action multilatérale et de bien comprendre la manière dont nous pouvons contribuer à l’effort commun.

Je vous remercie.

Dernière modification : 27/04/2020

Haut de page