Climat et sécurité [en]

« Nous savons toutes et tous que la dégradation de l’environnement cause déjà des centaines de milliers de morts, des millions selon certains calculs, dus au réchauffement de la Planète et à la pollution de l’air. […] Si elle n’est pas freinée, cette évolution causera la disparition de territoires entiers. Elle accentuera les guerres de l’eau, les famines, l’épuisement des ressources naturelles, les exodes et donc tous les sujets de perturbations géopolitiques que nous connaissons parfaitement et donc, bien trop souvent, nous ne traitons que les conséquences ultimes, sans nous attaquer aux causes profondes. Ces désastres seront pires demain si nous ne faisons rien, alors que de nombreuses opportunités et développements sont possibles, et si nous ne décidons pas d’agir dès maintenant. » Emmanuel Macron, président de la République française, le 19 septembre 2017 aux Nations unies.
JPEG - 1.9 Mo
Displaced people due to floods and conflict in Somalia.
Credits : UN Photos

Plusieurs millions de personnes voient leur sécurité menacée par l’augmentation et l’ampleur de plus en plus importante des catastrophes climatiques.

Le changement climatique constitue un véritable multiplicateur des risques sécuritaires et de crises. En effet, l’épuisement des ressources peut menacer l’intégrité d’un Etat et/ou engendrer des conflits inter ou intra-étatiques. En parallèle, certains facteurs, comme la sécheresse ou les inondations, ont des conséquences sur la sécurité humanitaire, décuplant les phénomènes d’insécurité alimentaire, d’appauvrissement ou de migrations forcées, qui peuvent accentuer la menace à la stabilité régionale. Tout cela contribue à la multiplication des tensions et des conflits.

Il y a dix ans, le Conseil se saisissait de la question en établissant pour la première fois le lien entre énergie, sécurité et climat. En 2011, avec la déclaration présidentielle du Conseil de sécurité, la communauté internationale a demandé au Secrétaire général des Nations unies de tenir le Conseil informé des conséquences que pourrait avoir le changement climatique sur la sécurité. En mars 2017, le Conseil de sécurité a adopté la résolution 2349 reconnaissant les effets du changement climatique sur la stabilité de la région du lac Tchad. Enfin, les parties à l’Accord de Paris, au nombre de 170 à ce jour, se sont engagées à lutter contre le réchauffement climatique, en décembre 2015.

C’est dans la continuité de cette mobilisation et à l’initiative de la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, les Maldives, le Maroc, les Pays-Bas, le Pérou, le Royaume-Uni et de la Suède, que le Conseil de sécurité se réunira, ce vendredi 15 décembre 2017, afin d’alerter sur l’impact du changement climatique sur la sécurité et la nécessité pour la communauté internationale de préparer et d’anticiper les effets déstabilisateurs liés au climat.

Dernière modification : 31/07/2018

Haut de page