Conférence « Protégeons les enfants de la guerre » [en]

« Un enfant subit déjà la guerre mais ce n’est pas sa guerre, c’est celle des adultes » - Leila Zerrougui

1. Les enfants sont les premières victimes des conflits armés

230 millions d’enfants vivent dans des zones de conflits, et 125 millions sont directement touchés par les hostilités.

Dans la seule région du Moyen-Orient, 15 millions d’enfants sont directement affectés par les combats et 13 millions ne peuvent plus aller à l’école.

Les tragédies vécues par les enfants dans les situations de conflit ne sont pas nouvelles, mais l’ONU déplore ces dernières années le développement préoccupant du recours aux enlèvements en masse ou l’exposition des enfants à des formes extrêmes de violence.

Afin de relancer la mobilisation internationale sur la situation des enfants dans les conflits armés, la France et l’Unicef organisent le 21 février à Paris une conférence de niveau ministériel « Protégeons les enfants de la guerre ».

21 février 2017 : Conférence « Protégeons les enfants de la guerre »

Alors qu’on célèbre le 10ème anniversaire des Principes et Engagements de Paris, la France a organisé le 21 février 2017 la conférence de haut niveau « Protégeons les enfants de la guerre » en partenariat avec l’UNICEF.

La conférence, présidée par le Ministre des Affaires étrangères, M. Jean-Marc Ayrault, et le Directeur exécutif de l’UNICEF, M. Anthony Lake, a réuni l’ensemble des acteurs œuvrant en faveur de la protection des enfants dans les conflits armés, avec près de 120 délégations (Etats, organisations internationales et non-gouvernementales, témoins et personnalités). La Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU pour le sort des enfants en temps de conflit armé, Leila Zerrougui, sera également présente.

La réunion de haut niveau avait pour objectifs de :
-  Dresser un état des lieux des actions menées depuis l’adoption des Principes et Engagements de Paris en 2007 sur les enfants soldats
-  Rappeler le cadre normatif existant et promouvoir sa mise en œuvre
-  Relancer la mobilisation internationale sur le sort des enfants dans les conflits armés et inciter les Etats qui ne l’ont pas encore fait à endosser les Principes et Engagements de Paris.

JPEG

2. Que sont les Engagements et Principes de Paris ?

Il y a dix ans, en février 2007, les Principes et Engagements de Paris étaient adoptés à l’issue de la Conférence « Libérons les enfants de la guerre ».

Ces deux textes énoncent des orientations pour protéger les enfants contre l’utilisation et le recrutement par des groupes ou des forces armés d’une part, et faciliter leur libération et leur réinsertion dans leurs communautés.

Si ces textes ne sont pas juridiquement contraignants, ils ont toutefois une portée politique importante car ils traduisent l’engagement collectif de la communauté internationale à éradiquer le phénomène du recrutement et de l’utilisation des enfants soldats.

Grâce à la conférence « Protégeons les enfants de la guerre », 108 Etats ont désormais ces principes, qui ont permis aux pouvoirs publics, aux Nations Unies et aux acteurs de la société civile de coopérer au niveau national et sur le terrain afin de protéger les enfants associés à des groupes ou à des forces armés.

JPEG

3. La protection des enfants dans les conflits armés : une priorité de la France

Depuis la première conférence « Libérons les enfants de la guerre » en 2007, l’engagement de la France dans la protection des enfants a permis de toucher près de 14 000 enfants et de démobiliser 2 000 enfants-soldats.

Son engagement se traduit sur plusieurs fronts :
-  La démobilisation et la réinsertion des enfants soldats, en partenariat avec l’UNICEF, en RCA, au Burundi, au Soudan et en RDC.
-  L’assistance humanitaire en faveur des enfants dans les conflits armés en matière d’éducation ou d’accès aux soins de santé. La France contribue notamment aux activités éducatives de l’UNICEF pour les enfants réfugiés syriens au Liban et en Jordanie.

A l’ONU, la France joue un rôle moteur dans la mobilisation de la communauté internationale, en particulier au Conseil de sécurité qui a adopté à notre intiative de nombreuses résolutions pour protéger les enfants soldats dans les conflits armés. La résolution 1612 adoptée en 2005 crée notamment un mécanisme de surveillance et d’alerte du Secrétaire général.

JPEG

Dernière modification : 24/02/2017

Haut de page