Femmes, paix et sécurité : le projet de résolution ne correspond pas à l’ambition qui s’impose [en]

FEMMES, PAIX ET SECURITE

EXPLICATION DE VOTE DE M. NICOLAS DE RIVIERE,
REPRESENTANT PERMANENT DE LA FRANCE AUPRES DES NATIONS UNIES

AU CONSEIL DE SECURITE

New York, le 30 octobre 2020

La France salue l’engagement de la Fédération de Russie en faveur de l’agenda Femmes, paix et sécurité, tel qu’illustré par l’organisation du débat ouvert du 29 octobre et l’annonce de sa participation au groupe informel d’expert créé en 2015.

En tant que soutien traditionnel de l’agenda Femmes, paix et sécurité, et partenaire de la Russie, la France s’est engagée dans le processus de négociation de la résolution marquant les 20 ans de l’adoption de la résolution 1325 avec transparence et en adoptant une démarche constructive.

Or le projet de résolution mis au vote par la Russie ne correspond pas aux défis et à l’ambition qui s’imposent. Nous regrettons en particulier que les demandes exprimées par la très grande majorité des délégations pour réaffirmer ce qui est l’essentiel tel que le rôle indispensable de la société civile, aient été rejetées. L’empressement à adopter cette résolution avant la fin de ce mois n’aura pas permis de nous rassembler autour d’un texte consensuel.

Toutefois, le débat du Conseil de sécurité l’a confirmé sans ambiguïté : nous disposons d’un cadre normatif robuste et l’heure est à la mise en œuvre de chacune de nos résolutions.

Pour l’ensemble de ces raisons, la France a décidé de s’abstenir sur ce projet de résolution.

Dernière modification : 30/10/2020

Haut de page