Huitième anniversaire du conflit syrien [en]

Syrie – Huitième anniversaire du conflit syrien
Déclaration conjointe (Allemagne, États-Unis, France, Royaume-Uni) – 15 mars 2019

Il y a aujourd’hui huit ans, des dizaines de milliers de Syriens sont descendus dans la rue pour revendiquer le droit de s’exprimer librement, demander des réformes et exiger la justice. La réponse brutale du régime de Bachar el-Assad et son rôle dans le conflit qui a suivi ont déclenché la plus grave crise humanitaire depuis la Seconde guerre mondiale.

Nous rendons hommage aux femmes et aux hommes courageux issus de toutes les composantes de la société syrienne qui ont œuvré à un avenir meilleur pour tous les Syriens. Nous nous souvenons également des innombrables civils qui ont péri à la suite des tortures, de la famine et des attaques infligées par le régime et ses alliés. Plus de 400 000 hommes, femmes et enfants ont été tués. Des dizaines de milliers de personnes ont disparu dans les geôles de Bachar el-Assad où nombre d’entre elles ont été torturées et tuées. D’innombrables familles n’ont toujours aucune nouvelle de parents qu’elles ont perdus et ne peuvent faire leur deuil.

Bien que le régime de Bachar el-Assad et ses alliés tentent de convaincre le monde entier que le conflit est terminé et que la vie est revenue à la normale, en réalité, la répression exercée par le régime sur le peuple syrien n’a pas pris fin. Près de 13 millions de Syriens ont actuellement besoin d’une aide humanitaire, le régime empêchant encore nombre d’entre eux d’accéder librement et dans des conditions de sécurité à cette assistance. Plus de 11 millions - la moitié de la population syrienne d’avant-guerre - sont déplacés et ne peuvent regagner leur foyer. La violence à Idlib s’est accrue ces derniers temps et les frappes aériennes ont coûté la vie à de nombreux civils et travailleurs humanitaires.

La solution militaire à laquelle le régime syrien souhaite parvenir avec le soutien de la Russie et de l’Iran n’amènera pas la paix. Le seul moyen de mettre un terme aux violences et aux difficultés économiques et de garantir un règlement durable du conflit est une solution politique négociée. Et seule une solution politique pourra apporter les garanties nécessaires pour toutes les composantes de la société syrienne ainsi que pour les voisins de la Syrie.

Les gouvernements de l’Allemagne, de la France, des États-Unis et du Royaume-Uni réitèrent leur soutien au processus mené sous l’égide des Nations unies à Genève et à la résolution 2254 du Conseil de sécurité, afin de ramener la paix et la stabilité en Syrie et de consolider les avancées enregistrées par la libération des territoires occupés par Daech. Nous continuerons à demander des comptes aux responsables des crimes commis durant le conflit syrien afin d’assurer la justice et la réconciliation pour le peuple syrien. Nous déclarons clairement que nous n’envisagerons aucune assistance ni aucun soutien à la reconstruction tant qu’un véritable processus politique, crédible et substantiel ne sera pas fermement engagé. La Russie et la Syrie doivent respecter le droit des réfugiés syriens à retourner dans leurs foyers, volontairement et en sécurité, et cesser de prétendre que les conditions sont réunies pour la reconstruction et la normalisation. Nous les appelons à s’engager sérieusement dans des négociations qui seules pourront ramener la paix en Syrie.

Dernière modification : 15/03/2019

Haut de page