Il est temps de trouver une solution politique à la crise au Yémen [en]

YEMEN

INTERVENTION DE M. NICOLAS DE RIVIERE, REPRESENTANT PERMANENT DE LA FRANCE AUPRES DES NATIONS UNIES

AU CONSEIL DE SECURITE

New York, le 15 Septembre 2020

Monsieur le président,

Je remercie l’Envoyé spécial, Martin Griffiths et Mark Lowcock, pour leurs interventions.

Il est grand temps de trouver enfin une solution politique à la crise au Yémen.

Nous sommes préoccupés par la poursuite des affrontements, en particulier à Marib. Nous appelons les parties yéménites à cesser les hostilités et en particulier, les Houthis dans la province de Marib.

Les attaques menées par les Houthis en territoire saoudien doivent aussi cesser immédiatement.

Nous déplorons la poursuite des affrontements observés dans le Sud. L’accord de Riyad doit être entièrement et pleinement mis en œuvre. Les discussions sur la formation d’un nouveau gouvernement doivent aboutir. Et il s’agit d’une étape importante pour la reprise des pourparlers politiques.

Les parties yéménites doivent s’engager sans délais dans le dialogue avec l’Envoyé spécial, et s’accorder sur le projet de déclaration conjointe qu’il a proposé. Cela doit permettre un cessez-le-feu, conformément à la résolution 2532, des mesures de confiance et la reprise des négociations pour parvenir à un accord politique inclusif.

Dans ce contexte, il est également essentiel que les accords de Stockholm soient entièrement mis en œuvre, y compris s’agissant du versement des salaires, alors que la situation à Hodeïda se dégrade.

La situation humanitaire reste dramatique, en particulier l’aggravation de la sécurité alimentaire.

Le spectre de la famine se profile de nouveau. Les chiffres présentés par Mark Lowcock parlent d’eux-mêmes. Outre la poursuite du conflit, la pandémie de COVID-19, la crise économique et humanitaire et celle des criquets pèlerins augmentent chaque jour le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire.

Nous devons donc collectivement tout faire pour éviter une telle catastrophe. Alors que les besoins augmentent, le Plan de réponse humanitaire reste sous-financé et de nombreux programmes humanitaires sont suspendus. La réponse doit être à la hauteur des besoins. Toutes les parties doivent garantir un plein accès humanitaire. A cet égard, la décision des Houthis de fermer l’aéroport de Sanaa aux vols des Nations unies et aux vols humanitaires est absolument inacceptable. Nous les appelons à revenir sur cette décision.

S’agissant du pétrolier Safer, nous appelons les Houthis à autoriser sans délai ni préconditions l’accès de la mission d’experts des Nations unies au pétrolier. Une fuite de pétrole aurait des conséquences catastrophiques. Il est donc urgent d’agir.

Enfin, nous ne le répéterons jamais assez : la protection des civils doit être une priorité absolue. Le respect du droit international humanitaire n’est pas négociable.

La France restera pleinement mobilisée en faveur d’une solution politique au Yémen. Plus largement, les autorités françaises sont entièrement engagées dans la recherche d’une solution permettant une désescalade à l’échelle régionale.

Merci.

Dernière modification : 15/09/2020

Haut de page