Il y a urgence à préserver les écosystèmes marins et côtiers

Conférence sur les oceans - Dialogue de partenariat “Managing, protecting, conserving and restoring marine and coastal ecosystems” - Intervention de Mme Catherine Chabaud, Déléguée à la Mer et au littoral, Ministère de la transition écologique et solidaire - Siège des Nations Unies, New York - 6 juin 2017

Messieurs les co-présidents, Mesdames et Messieurs,

Si vous le permettez, j’aimerais tout d’abord vous livrer un témoignage personnel :
Mon engagement, et aujourd’hui ma présence ici comme représentante de la France, viennent de ce que j’ai pu observer en mer, en tant que navigatrice. Il n’y a pas une traversée que j’aie accomplie sans observer des déchets en mer et je me suis sentie responsable.

Comme d’autres, qui se mobilisent depuis longtemps, j’ai espéré ce moment historique, que nous vivons et je crois que nous pouvons être fiers de cette prise de conscience et de cette mobilisation collective. Merci aux initiateurs de cette conférence.

Mais il y a urgence à préserver les écosystèmes marins et côtiers, car les pressions qu’ils subissent se multiplient, alors même qu’ils font partie de la solution.

Les engagements que la France prend en matière de gestion et de préservation, sont à la mesure du formidable espace maritime de 11 millions de kilomètres carrés dont elle a la responsabilité.

Présente, grâce à ses outre-mers, dont je salue ici la présence, dans presque tous les océans de la planète, la France doit veiller sur des écosystèmes marins et côtiers variés, de régions tempérées, tropicales ou polaires.

Cette responsabilité, la France l’exerce en premier lieu en matière de recherche.
La France dispose d’une grande expertise scientifique et technique sur le milieu marin grâce à un vaste réseau d’organismes de recherche publiques et privés et d’agences publiques. Des entités qui œuvrent également beaucoup à la coopération régionale.
Cette expertise, la France souhaite la mobiliser davantage, dans une démarche solidaire, chère à notre nouveau ministre Nicolas Hulot, en soutenant les Etats insulaires, mais aussi de Méditerranée, d’Afrique et de bien d’autres pays partenaires.

En second lieu, la France, mène une politique active en matière d’aires marines protégées. En 2017, notre couverture atteint 22% de nos eaux sous juridiction, soit 2,3 millions de km2.

Ceci a été obtenu grâce aux récentes créations, en particulier la réserve naturelle des Terres Australes françaises, dont l’extension permettra de porter nos aires marines protégées à 32% des eaux françaises.

L’objectif est maintenant de renforcer leur gestion effective, avec toutes les parties prenantes.

En outre, la France promeut le développement du déploiement d’aires marines protégées en haute-mer, l’initiative polynésienne d’aires marines éducatives, qui a été évoquée, ou encore l’initiative « Label international Îles Durables ».

En troisième lieu, et en marge de la gestion intégrée des bassins versants et des zones côtières, la France a choisi de mener conjointement, les travaux de planification des espaces maritimes et d’atteinte du bon état écologique du milieu marin, tous deux programmés par l’Union européenne. Ces démarches sont menées en partenariat avec l’ensemble des acteurs publics et privés, afin de construire une vision et une gouvernance partagée du territoire.

Je voudrais encore évoquer deux écosystèmes fondamentaux à protéger : les récifs coralliens et les mangroves.
Forte de l’expérience menée avec ses collectivités ultramarines, la France s’est engagée dans un programme national de protection de 50% de ses mangroves et 75% de ses récifs coralliens d’ici 2021.

Pour conclure, depuis la COP21, le rôle majeur de l’océan comme régulateur du climat est désormais reconnu. Il est donc important que cette question vitale s’inscrive durablement dans l’agenda politique international et c’est pour cette raison, que la France a décidé de soutenir la constitution d’une Alliance internationale des initiatives océan et climat. Et la France continue d’affirmer que la bonne santé de l’océan passe aussi par la mise en œuvre de l’Accord de Paris.

Je vous remercie.

Dernière modification : 06/06/2017

Haut de page