Incidents en mer d’Azov : vives préoccupations de la France et de l’Allemagne [en]

Ukraine
Intervention de Mme Anne Gueguen, représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations unies, chargée d’affaires a.i.
au nom de la France et de l’Allemagne
Conseil de sécurité – 26 novembre 2018

Monsieur le Président,

Compte tenu de l’engagement des autorités françaises et allemandes dans la résolution de la crise en Ukraine dans le cadre du format Normandie, cette intervention est prononcée au nom de la France et de l’Allemagne.

Monsieur le Président,

Les incidents maritimes survenus hier sont graves, et suscitent notre profonde préoccupation. Comme nous venons de l’entendre, le détroit de Kertch, la mer Noire et la mer d’Azov ont été hier le théâtre de violentes manœuvres qui ont accru considérablement les tensions et le risque d’escalade, soulignant l’instabilité de cette région. Les forces russes ont déclaré avoir percuté, puis arraisonné, en faisant usage de la force, trois navires de guerre ukrainiens qui entreprenaient de franchir cette voie maritime. Six marins ukrainiens ont été blessés. Rien à notre connaissance ne justifie cet usage de la force.
Comme l’ont indiqué ce matin nos autorités, ainsi que les représentants permanents des membres européens de ce Conseil en déplacement à Pékin, nous exprimons notre vive préoccupation au regard des agissements des dernières vingt-quatre heures et appelons les parties à la plus grande retenue. La France et l’Allemagne appellent en particulier la Russie à restaurer et à respecter, conformément au droit international de la mer, la liberté de passage dans le détroit de Kertch, ainsi que le droit d’accès à la mer d’Azov, aujourd’hui temporairement bloqué, et l’appellent à agir dans le sens d’une désescalade immédiate des tensions. Nous demandons également à la Russie de libérer dans les plus brefs délais les marins ukrainiens retenus et de restituer les navires saisis.

Monsieur le Président,

Je souhaite assurer l’Ukraine de notre solidarité, et réaffirmer fermement l’attachement de la France et de l’Allemagne au plein respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine dans ses frontières internationalement reconnues. Les incidents d’hier sont la conséquence directe de l’annexion de la Crimée par la Russie en mars 2014, en violation du droit international. Nous rappelons à ce titre que nous avons condamné la construction du pont de Kertch par la Russie, qui contribue à priver l’Ukraine d’un plein accès à ses espaces maritimes en mer d’Azov.

Monsieur le Président,

Les graves incidents survenus hier soulignent également la nécessité d’apporter une solution pérenne à la situation dans tout l’Est de l’Ukraine.
La France et l’Allemagne continueront de se mobiliser comme elles l’ont fait depuis quatre ans pour apaiser la situation à l’est de l’Ukraine et promouvoir une résolution sur le long terme de la crise, au travers du format de Normandie.
Soyons clairs : toutes les parties, en particulier la Russie, doivent respecter les engagements qu’elles ont elles-mêmes souscrits. La pleine mise en œuvre des accords de Minsk, à laquelle tant la Russie que l’Ukraine se sont engagées, demeure la seule manière d’apporter une solution pacifique et durable à ce conflit, qui dure depuis près de 5 ans.

Monsieur le Président,

La France et l’Allemagne continueront de se tenir aux côtés du peuple ukrainien meurtri ces dernières années par le conflit du Donbass et par l’annexion illégale de la Crimée. Soyez assuré que nous continuerons nos efforts en ce sens, dans le cadre du format de Normandie et dans toutes les enceintes appropriées.

Je vous remercie.

Dernière modification : 26/11/2018

Haut de page