Il est de notre responsabilité d’œuvrer à une reprise du dialogue entre Israël et l’Autorité palestinienne [en]

MOYEN ORIENT

INTERVENTION DE M. NICOLAS DE RIVIERE,
REPRESENTANT PERMANENT DE LA FRANCE AUPRES DES NATIONS UNIES

AU CONSEIL DE SECURITE

New York, le 29 septembre 2020

Monsieur le Président,

Je remercie le Coordinateur spécial pour son exposé sur la mise en œuvre de la résolution 2334.

Les récents développements confirment la centralité que continue de revêtir le conflit israélo-palestinien. Les paramètres de son règlement sont connus de longue date : deux Etats, vivant en paix et en sécurité, à l’intérieur de frontières sûres et reconnues sur la base des lignes de 1967, ayant tous deux Jérusalem pour capitale.

Sur cette base, il est aujourd’hui de notre responsabilité d’œuvrer à une reprise du dialogue entre les deux parties.

L’annonce de la normalisation des relations d’Israël avec les Emirats Arabes Unis et le Bahreïn marque une dynamique nouvelle qui peut apporter une contribution positive à la stabilité régionale. Nous la saluons.

Cependant, la stabilité régionale passe également par une résolution du conflit israélo-palestinien respectueuse des aspirations et des droits des deux parties et conforme au droit international et aux paramètres agréés par ce Conseil. La France, qui est l’amie des Israéliens et des Palestiniens, reste convaincue qu’aucun des deux peuples ne pourra satisfaire ses aspirations au détriment de celles de l’autre. Et la France ne transigera pas avec la sécurité d’Israël comme elle n’abandonnera pas le peuple palestinien dans la conquête de ses droits.
La France est prête, en lien avec ses partenaires européens et arabes, à accompagner une reprise progressive du dialogue. C’est dans cet esprit que le Ministre Le Drian et ses homologues allemand, égyptien et jordanien se sont réunis, en présence de la représentante spéciale de l’Union européenne, à Amman, le 24 septembre. Les quatre ministres ont marqué leur détermination à agir collectivement en ce sens, sur la base d’engagements concrets et réalistes qui devront être pris par les deux parties. Il est aussi important que les parties reprennent leur coopération à tous les niveaux, conformément aux accords passés, y compris pour faire face à la pandémie actuelle.

Pour parvenir à une reprise du dialogue, il est urgent de recréer un climat de confiance entre les parties.

Cela suppose tout d’abord que la suspension par les autorités israéliennes du projet d’annexion de territoires palestiniens devienne une mesure définitive. C’est le message que nos ministres ont réitéré à Amman. C’est aussi le message que nous avons passé avec mes homologues européens en amont de cette réunion du Conseil.

Cela suppose également l’arrêt de la politique de colonisation et la mise en œuvre de la résolution 2334. La France est très préoccupée par la poursuite de la colonisation et la hausse sans précédent des démolitions de structures palestiniennes au cours des six derniers mois en dépit de la situation sanitaire. La colonisation ne doit pas permettre l’annexion par d’autres moyens. La France appelle Israël à suspendre la construction de nouveaux logements dans les colonies de Cisjordanie et à Jérusalem-Est, en particulier dans les zones sensibles autour de Jérusalem telles que Givat Hamatos, Har Homa et dans la zone « E1 », et à mettre en place un gel des démolitions effectif.

La France appelle aussi de ses vœux des avancées dans le processus de réconciliation inter-palestinienne et espère que la réunion d’Ankara permettra des progrès en ce sens. Elle se félicite de l’engagement renouvelé de l’Autorité palestinienne à organiser des élections et l’encourage à avancer rapidement dans la préparation de cette échéance importante pour le peuple palestinien.

Par ailleurs, la France continuera d’apporter son plein soutien au travail de l’UNRWA. Elle appelle tous les Etats à contribuer à son budget pour l’aider à surmonter sa crise financière. Enfin, la France reste engagée pour le respect du droit international humanitaire et des droits de l’Homme, notamment à travers un soutien aux organisations de la société civile palestinienne et comme israélienne.

Monsieur le Président,

La France est prête à soutenir toute initiative qui se fondera sur le droit international et les paramètres agréés. Elle appelle ce Conseil à unir ses efforts sur cette base que nous avons ensemble érigée. Je vous remercie.

Dernière modification : 29/09/2020

Haut de page