L’UE et les Nations unies partagent des valeurs communes [en]

Coopération ONU/UE
Intervention de M. Nicolas de Rivière, représentant permanent de la France auprès des Nations unies
Conseil de sécurité – 28 mai 2020

Monsieur le Président,

Permettez-moi tout d’abord de remercier le haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, M. Josep Borrell, pour sa déclaration.

L’Union européenne partage avec les Nations unies la même conviction que la coopération entre les nations est le seul moyen possible de relever les défis communs. Cette conviction s’est traduite, au cours de près de 70 ans d’histoire commune, par une multitude de coopérations et d’actions concrètes.

Le monde d’aujourd’hui est confronté à un défi sans précédent avec la pandémie de COVID-19. L’Union européenne a déjà démontré sa mobilisation contre le virus en solidarité avec le reste du monde. La France a plaidé avec force pour que l’Afrique subsaharienne soit considérée comme une région prioritaire dans la réponse européenne. Plus que jamais, nous sommes convaincus de notre obligation et de notre intérêt communs à coordonner nos actions, sous l’égide des Nations unies. À cet égard, l’Union européenne a apporté un soutien clair à l’appel du Secrétaire général en faveur d’une réponse globale. La France appelle une nouvelle fois l’ensemble des membres du Conseil de sécurité à prendre leurs responsabilités en adoptant une résolution établissant une cessation des hostilités et une pause humanitaire pour les situations inscrites à son ordre du jour. L’initiative de l’UE d’un pont aérien humanitaire contribue à soutenir les efforts des Nations unies pour assurer l’accès humanitaire aux pays les plus vulnérables. Elle met notamment l’accent sur l’Afrique. Je tiens à souligner très clairement que les sanctions de l’Union européenne n’entravent pas la lutte contre la pandémie, car elles comprennent des dérogations humanitaires qui permettent l’acheminement de l’aide.

Dans de nombreuses crises, l’Union européenne et les Nations unies ont démontré la complémentarité de leurs outils. L’Union européenne est collectivement le premier contributeur financier des Nations unies. Elle est également le premier donateur mondial d’aide humanitaire et elle agit en étroite coordination avec les Nations unies. Les États membres de l’UE soutiennent les opérations de maintien de la paix dans le contexte de la pandémie.

- Au Sahel, nous avons un bon partage des responsabilités entre l’UE, qui forme les armées et la police locales, et l’ONU, qui joue un rôle clé dans le processus de paix et la protection des civils. L’UE et les Nations unies apportent également leur soutien à la force conjointe du G5 Sahel. Et les États membres de l’UE fournissent également plus de 1 000 casques bleus dans le cadre de la MINUSMA ;

- Pour de nombreuses autres crises africaines, la coopération trilatérale entre l’UE, les Nations unies et l’Union africaine est désormais un instrument clé pour la prévention et la résolution des conflits et pour la mise en œuvre de l’Agenda 2030 ;

- Je tiens également à souligner le rôle de l’UE dans l’élaboration et la mise en œuvre du plan d’action global conjoint sur l’Iran, qui représente une réalisation essentielle de la diplomatie multilatérale. À cet égard, je voudrais également me faire l’écho des regrets exprimés par M. Borrell concernant la décision des États-Unis de ne pas prolonger les dérogations pour les projets nucléaires clés liés au JCPOA. Le JCPOA sert les intérêts de tous en matière de non-prolifération et reste le meilleur moyen de garantir la nature exclusivement pacifique des activités nucléaires iraniennes. C’est pourquoi nous et les autres participants au JCPOA continuerons à œuvrer pour sa préservation et sa mise en œuvre intégrale ;

- en Syrie, l’UE soutient le peuple syrien par une aide humanitaire et est prête à contribuer au financement de la reconstruction lorsqu’une solution politique crédible fondée sur la résolution 2254 du Conseil de sécurité sera fermement engagée ;

- en ce qui concerne le conflit israélo-palestinien, l’UE a exprimé son vif attachement aux paramètres internationalement reconnus de la solution à deux États fondée sur les lignes de 1967, avec Jérusalem comme capitale des deux États. L’annexion de certaines parties de la Cisjordanie par les autorités israéliennes constituerait une violation du droit international et ne serait pas sans conséquences sur les relations de l’UE et de ses États membres avec Israël ;

- en vue de résoudre le conflit en Libye, l’Union européenne a décidé de déployer l’opération EUNAVFOR MED IRINI, qui surveillera notamment les violations de l’embargo sur les armes en haute mer et sera donc le principal contributeur à la mise en œuvre de la résolution 2292 du Conseil de sécurité ;

- dans les Balkans occidentaux, l’Union européenne joue un rôle de premier plan pour faciliter le dialogue entre la Serbie et le Kosovo et bénéficie du travail de stabilisation effectué par la MINUK.

L’Union européenne et les Nations unies unissent également leurs forces pour apporter des réponses aux défis mondiaux.

- Dans le domaine du changement climatique, l’Union européenne et les Nations unies travaillent ensemble pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris et continueront à accroître leur ambition en vue de la COP26 ;

- en ce qui concerne la biodiversité, l’UE est l’un des acteurs les plus ambitieux, appelant à la préservation de la faune et des ressources marines en soutien des Nations unies ;

- en matière de santé, l’UE est fermement résolue à soutenir une réponse globale et efficace à la crise du COVID-19 et à d’autres crises éventuelles à venir. L’UE poussera en faveur d’un système de santé multilatéral rénové et plus efficace, dans le cadre de l’OMS ;

- les synergies entre l’UE et les Nations unies en matière de promotion et de protection des droits de l’Homme et des libertés fondamentales sont essentielles. L’UE soutient pleinement l’action du Secrétaire général et de toutes les agences compétentes des Nations unies à cet égard. L’UE et ses États membres continueront à promouvoir les normes les plus élevées en matière de droits de l’Homme dans l’ensemble du système des Nations unies, y compris au sein du Conseil de sécurité. En ce qui concerne l’égalité des sexes et les droits des femmes, nous continuerons à soutenir l’appel du SG à "lutter contre le retour en arrière".

L’UE et les Nations unies partagent des valeurs communes et promeuvent le même agenda pour tous ces défis mondiaux et hautement critiques. Il est de notre intérêt mutuel de coopérer plus étroitement, au bénéfice de l’ensemble de la communauté internationale. À cet égard, la France est favorable à une plus grande interaction entre l’UE et l’ONU et à une présence accrue de l’UE au sein du système onusien.

Monsieur le Président,

Les membres de l’Union européenne ne sont pas seulement les plus grands contributeurs au budget des Nations unies et les plus fervents partisans des efforts de modernisation qui ont été entrepris. Avec l’UE, nous travaillons concrètement en collaboration avec les Nations unies dans toutes les zones de crise pour faciliter le dialogue politique, maintenir et construire la paix et aider les populations civiles. Nous contribuons ainsi à la construction d’un multilatéralisme fort et vivant, qui est le seul moyen d’établir un ordre international stable et sûr.

Je vous remercie.

Dernière modification : 28/05/2020

Haut de page