L’appel du Secrétaire général à un cessez-le-feu doit être appliqué en Afghanistan [en]

Afghanistan
Intervention de Mme Anne Gueguen, représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations unies
Conseil de sécurité – 31 mars 2020

Monsieur le Président,

Je voudrais me joindre aux autres pour remercier Mme Hayden pour son exposé détaillé. Mme Hayden, veuillez transmettre mes félicitations les plus sincères à Mme Lyons pour sa nomination en tant que nouvelle RSSG. Nous lui souhaitons plein succès dans ses nouvelles fonctions et je peux vous assurer, ainsi qu’à elle, du soutien indéfectible de la France aux efforts des Nations unies en Afghanistan.

Je commencerai par énoncer l’évidence et souligner que les circonstances actuelles devraient nous pousser tous à être plus unis que jamais dans la poursuite de notre soutien au peuple d’Afghanistan, un pays qui a été en proie à la guerre, au terrorisme, à la pauvreté, et maintenant à une pandémie.

La première forme de soutien, et la plus cruciale, consiste à assurer une aide humanitaire continue et suffisante pour faire face aux nombreux défis qui nous attendent, en particulier le risque de propagation de la pandémie de COVID-19. La France salue les efforts des agences de l’ONU et de leurs partenaires pour répondre aux besoins humanitaires des populations et à la crise du COVID. Ces efforts doivent être soutenus et renforcés. Il est également essentiel d’assurer un accès humanitaire sûr et sans entrave à toutes les personnes dans le besoin.

À cet égard, je voudrais également rappeler l’obligation pour toutes les parties de respecter le droit international humanitaire, y compris la protection des civils. La récente attaque terroriste du 25 mars est un crime odieux, que notre Conseil a condamné à juste titre et fermement. Les efforts doivent se poursuivre pour réduire la violence. Les attaques contre les civils doivent cesser et l’appel du Secrétaire général à un cessez-le-feu doit être entendu et appliqué en Afghanistan.

Après la fin du processus électoral en Afghanistan, la France appelle à la nomination rapide d’un gouvernement inclusif et uni. Cela est particulièrement important dans la perspective de l’ouverture de pourparlers intra-afghans.

La France souhaite réitérer son appel en faveur d’une représentation inclusive, de toutes les parties, dans ces négociations. Nous saluons l’annonce de la formation d’une délégation afghane inclusive pour les pourparlers de paix, qui comprend 5 femmes sur 21 membres. Il est essentiel que les femmes participent directement et de manière significative aux pourparlers de paix à tous les niveaux de décision. L’inclusion est également essentielle pour garantir que les droits de l’Homme de chacun soient préservés dans la négociation de ce processus de paix.

La signature de deux accords en février ouvre la voie à la paix et malgré les perturbations majeures causées par la pandémie de COVID-19, leur mise en œuvre doit se poursuivre, de même que la lutte contre les activités terroristes ainsi que contre le trafic de stupéfiants et la traite des êtres humains. Nous suivrons de près les progrès réalisés à cet égard, à la lumière de nos intérêts en matière de sécurité.

Avant de conclure, je voudrais souligner que nous espérons vivement que les progrès se poursuivent sur la voie d’une paix durable, de la préservation de l’unité et de l’intégrité du pays, d’une meilleure gouvernance et de la protection effective des droits de l’Homme.

Enfin, je voudrais exprimer mon plein soutien aux éléments de presse proposés par l’Allemagne. Je vous remercie.

Dernière modification : 31/03/2020

Haut de page