Soutien et solidarité face aux défis auxquels est confronté le Burkina Faso

Conférence de presse à l’occasion de la mission du Conseil de sécurité au Mali et au Burkina Faso
Propos de M. François Delattre, Ambassadeur, Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies.
Ouagadougou, le 24 mars 2019

Au nom de la France et en tant que président en exercice du Conseil de sécurité, je voudrais redire ici que nous sommes venus aujourd’hui à Ouagadougou pour exprimer au Burkina Faso notre amitié, notre soutien et notre solidarité face aux nombreux défis auxquels est confronté ce pays et auxquels il fait face avec courage.

L’un des moyens pour la communauté internationale d’exprimer ce soutien c’est notre appui au G5. Nous avons eu avec le Président, le Ministre, le Secrétaire permanent du G5, le Commandant de la force conjointe et l’ensemble des équipes du gouvernement, la possibilité d’examiner assez en profondeur la manière de donner une nouvelle impulsion au G5. Dans ce cadre il est important de bien mesurer les progrès qui ont été d’ores et déjà accomplis. Des opérations ont été menées par la force du G5 Sahel, un cadre de conformité des droits de l’Homme a été mis en place, une composante police également. Donc la dynamique est là. Elle l’est sur le plan de la sécurité, elle l’est aussi sur le plan du développement puisque le G5 avance en quelque sorte sur les deux jambes. Sur la question de la sécurité, le Conseil de sécurité a fait part de son intention de rediscuter du soutien international à la force une fois que celle-ci serait opérationnelle et que les premiers résultats seraient obtenus. Nous y sommes. Et Monsieur le Ministre, vous présiderez dans quelques jours, avec le Ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, une rencontre à New York sur ce sujet, le 28 mars, pour voir comment précisément aller de l’avant de manière très concrète. En particulier, l’accord technique qui relie l’Union européenne, la force du G5 Sahel et la MINUSMA peut et doit sans doute être amélioré. Et puis la deuxième jambe je l’ai dit, c’est la jambe du développement, nous en avons parlé également en détail Monsieur le Ministre, avec vous-même et vos équipes à l’instant, s’agissant notamment de la démarche à la fois ambitieuse et innovante que nous menons dans le cadre de l’Alliance Sahel.

Sur ces sujets, et sur l’ensemble des problématiques que nous avons mentionnées plus tôt, cette journée a été extrêmement dense et utile pour avancer et renforcer encore notre partenariat avec ce pays que nous aimons.

Je vous remercie.

Dernière modification : 06/06/2019

Haut de page