La France est résolument engagée pour la protection des forêts tropicales [en]

JPEG - 5.7 Mo
Forêt amazonienne en vue aérienne
© UN Photo/George Love

Les forêts tropicales sont le poumon de notre planète. L’Amazonie produit à elle seule 20% de l’oxygène du monde. La capacité d’absorption et de stockage du CO2 des forêts tropicales en font une source majeure d’oxygène et de biodiversité et un élément essentiel pour lutter contre le dérèglement climatique.

Pourtant, partout dans le monde, leur envergure se voit réduite par des feux dévastateurs et la déforestation. En 50 ans, près de 20% de la forêt amazonienne a disparu et 25% des forêts de mangroves, engendrant des conséquences dramatiques sur la santé humaine et les modes de vie des populations locales.

En tant que pays amazonien, la France est résolument et concrètement engagée pour la préservation de ces réserves de biodiversité.

L’initiative d’une action multilatérale, efficace et concertée pour la protection des forêts tropicales a été initiée lors du G7 Biarritz qui s’est tenu en août 2019. Sous l’impulsion du Président de la République Emmanuel Macron et de son homologue chilien, Sebastian Pinera, un plan de financements immédiats pour lutter contre les incendies en Amazonie a été débloqué et des moyens matériels mis à disposition des pays de la région.

L’engagement français s’est poursuivi lors de la 74ème Assemblée générale des Nations unies avec l’organisation aux côtés du Chili et de la Colombie d’un événement de mobilisation consacré à la protection de l’Amazonie et des forêts tropicales grâce à l’Alliance pour les forêts tropicales.

JPEG - 168 ko
Le Président Emmenuel Macron à l’évènement pour les forêts tropicales, Nations unies, New York
© La France à l’ONU/Martin Loper

En associant tous les acteurs concernés (des autorités politiques aux populations autochtones, en passant par les ONG, les scientifiques et les entreprises, les objectifs de cette Alliance sont multiples :

- Préserver la biodiversité dans la gestion des aires protégées

- Développer une chaîne de valeurs durables dans les territoires forestiers en collaboration avec l’industrie agroalimentaire

- Formuler des pratiques de gestion durable des sols et des forêts en concertation avec les populations locales et les acteurs de terrain

- Promouvoir les solutions issues des pratiques et savoirs traditionnels

- Renforcer la coopération transfrontalière pour les aires protégées

- Construire rapidement un cadre pour évaluer et rendre compte de ces actions

Cette rencontre à New York a permis de débloquer 500 millions de dollars supplémentaires pour lutter contre la déforestation, dont une contribution française à hauteur de 100 millions de dollars. Elle a également permis d’établir les prémisses d’un modèle de gouvernance sur le sujet, en vue de la COP 25 au Chili.

Dernière modification : 24/10/2019

Haut de page