Revue de l’architecture de consolidation de la paix de 2020

Lancement de la phase informelle de la revue de l’architecture de consolidation de la paix de 2020
Intervention de Mme Anne Gueguen, représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations unies
Commission de consolidation de la paix - 22 novembre 2019

Monsieur le Président,

La précédente revue, en 2015, a fait de l’intégration des différents aspects du travail onusien le maître mot de notre approche et a permis de casser les silos et de sortir d’une conception segmentée dans le temps du règlement des conflits pour épouser une approche holistique, fondée sur la construction d’une paix pérenne. La France salue cette amélioration, elle soutient les réformes mises en place par le Secrétaire général et appuie sa volonté d’investir davantage dans la prévention des conflits. Nous saluons, au siège, le travail remarquable de PBSO et du PBF, qui sont les agents, au quotidien, d’une meilleure intégration de l’action.

Cette nouvelle revue doit être l’occasion de consolider l’architecture mise en place et les changements engagés, qui vont fondamentalement dans le bon sens, comme nous l’avons collectivement constaté lors de la retraite organisée à Greentree le mois dernier.

En plein soutien de l’approche du Secrétaire général, la France attend de ce processus de revue qu’il prenne en compte et qu’il intègre les éléments suivants :

-  premièrement, cette revue doit permettre d’évaluer l’impact sur le terrain des réformes du pilier paix et sécurité, du système de développement et des procédures de gestion afin d’en tirer le meilleur parti pour améliorer encore l’efficacité et la performance au bénéfice des populations les plus vulnérables ;

-  deuxièmement, la revue doit permettre de continuer à avancer dans la mise en œuvre des agendas Femmes, paix et sécurité et Jeunes, paix et sécurité ;

-  troisièmement, la revue doit être l’occasion d’améliorer encore les moyens de renforcer la capacité des Etats à assurer une meilleure gouvernance, une distribution plus juste des ressources et un accès plus équitable aux services de base ;

-  quatrièmement, le renforcement de l’état de droit et des droits de l’Homme doivent être au centre de nos efforts en matière de consolidation de la paix, qui va de pair avec l’agenda 2030, et en particulier, l’ODD16. En effet, le renforcement des institutions, de l’état de droit, le respect des droits de l’Homme et des libertés fondamentales sont la meilleure façon de construire des sociétés résilientes qui sont plus à même de gérer leurs conflits et leurs différences de façon pacifique ;

-  cinquièmement, la consolidation de la paix doit être intégrée dès la mise en place d’une opération de maintien de la paix. Les opérations de maintien de la paix sont aussi et dès le départ des opérations de consolidation de la paix et ceci ne peut que faciliter par la suite les stratégies de sortie et de transition post OMP ; la réforme du système de développement et du statut des Résidents Coordonnateurs doit pouvoir aider à réaliser des progrès sur ce plan ;

-  sixièmement, la consolidation de la paix doit favoriser l’approche régionale et les activités transfrontalières et, au plan régional, la dimension de consolidation de la paix doit être pleinement intégrée aux missions des bureaux régionaux des Nations unies ;

-  septièmement, la revue est l’occasion de doter l’architecture de consolidation de la paix de l’expertise nécessaire à une meilleure prise en compte du lien entre changement climatique et prévention des conflits ;

-  huitièmement, nous partageons les avis très positifs et élogieux sur le PBF, qui doit être encore renforcé et auquel la France contribue ;

-  neuvièmement, la revue doit également permettre de renforcer les partenariats, et notamment avec la Banque mondiale et les organisations régionales ;

-  et enfin, dixièmement, nous croyons beaucoup au potentiel de la commission de consolidation de la paix et nous espérons que la revue sera l’occasion de poursuivre sa montée en puissance, en particulier son rôle de recommandation vis-à-vis du Conseil de sécurité.

Je vous remercie.

Dernière modification : 27/11/2019

Haut de page