Lancement du Fonds international pour les rescapés de violences sexuelles

10e anniversaire de la création du mandat sur les violences sexuelles en temps de conflit
Intervention de M. Nicolas de Rivière, représentant permanent de la France auprès des Nations unies
Nations unies - 30 octobre 2019

Madame la Représentante spéciale,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Mesdames et Messieurs,

Cela a déjà été dit. En 2019, 35 millions de femmes et de filles se sont trouvées dans une situation de vulnérabilité accrue face au risque de violences sexuelles. 35 millions ! Au-delà des chiffres, les témoignages que nous venons d’entendre illustrent l’horreur des violences sexuelles et contredisent toute notion d’humanité.

Il y a 10 ans, la création du mandat de Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies sur les violences sexuelles représentait un progrès important et répondait à la conviction que les Nations unies devaient se donner les moyens d’endiguer ce phénomène et de répondre aux besoins des victimes.

10 ans après, la persistance à grande ampleur des violences sexuelles dans les conflits reste intolérable. Utilisées comme arme de guerre, y compris par des groupes terroristes comme Daech ou Boko Haram, elles brisent les victimes, divisent les communautés et sèment la terreur parmi les populations.

Il y a douze mois, le comité Nobel a récompensé l’action de Nadia Murad et du Dr. Mukwege ici présents, en faveur des victimes de violences sexuelles. Cette décision nous a rappelé l’importance de rester mobilisés contre ce fléau. Ce combat contre les violences sexuelles dans les conflits doit être mené sans relâche et sans compromis. Les ONGs, la société civile jouent un rôle remarquable. Nous les avons entendues ici. Nous ne pouvons pas les laisser seules.

Convaincue de cet impératif, la France a décidé de placer la lutte contre les violences sexuelles en temps de conflit au cœur de sa présidence du G7. A Biarritz, le G7 a reconnu l’urgence d’adopter une approche centrée sur les rescapés de violences sexuelles. Ces rescapés doivent avoir un accès à un suivi médical, psychologique et social pour favoriser leur retour à une vie normale. La mise sous sanctions des auteurs de violences sexuelles est nécessaire et le Conseil de sécurité doit faire davantage en ce sens. Les responsables doivent rendre aussi des comptes devant la justice, y compris devant la Cour pénale internationale quand les Etats ne veulent pas ou ne peuvent pas poursuivre ces crimes.

Depuis plus de vingt ans, la France est engagée dans la lutte contre les violences sexuelles. Depuis 2015, elle a consacré plus de 7,5 millions d’euros à des projets humanitaires et de stabilisation pour les populations traumatisées par Daech. Nous avons apporté un soutien psychologique à plus de 50 000 personnes, principalement des femmes et des enfants. En 2018, cet engagement a conduit la France à accueillir plus de 220 femmes et enfants yézidies, où ils reçoivent un suivi médical, psychologique et social.

Mesdames et Messieurs,

Ces 10 ans nous permettent de faire un bilan. Mais cet anniversaire doit surtout nous projeter vers les 10 ans à venir. C’est donc un appel pour que notre action collective soit démultipliée, contre l’impunité comme en soutien aux rescapés de ces violences.

Le lancement aujourd’hui du Fonds international pour les rescapés de violences sexuelles est un pas majeur.

Il y a quelques semaines, le Président de la République Emmanuel MACRON a décidé d’apporter un premier soutien financier de 6,2 millions d’euros au Fonds que nous lançons aux côtés de nos prix Nobel. Nous nous réjouissons de la collaboration future du Fonds avec le bureau de la Représentante spéciale. La participation des rescapés de violences sexuelles à la gouvernance du Fonds est la meilleure garantie pour que leurs besoins spécifiques, y compris leurs droits et santé sexuels et reproductifs, soient bien pris en compte.

La France invite l’ensemble des Etats résolus à mener ce combat et à y apporter leur soutien. La lutte contre les violences sexuelles sera également au cœur du Forum Génération Egalité que la France présidera avec le Mexique en juillet 2020.

Je vous remercie Madame la Présidente.

Dernière modification : 30/10/2019

Haut de page