Le Conseil de sécurité doit soutenir des OMP robustes [en]

Conférence des Commandants de Force - Intervention de M. François Delattre
Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies - Conseil de Sécurité - 23 mai 2017

Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,

Je remercie la présidence uruguayenne pour l’organisation de cette interaction importante et très attendue avec les officiers généraux commandant les opérations de maintien de la paix. Je remercie également le Secrétaire général adjoint, Jean-Pierre Lacroix, et les officiers généraux commandant les composantes militaires de la FNUOD, de la MINUL, de la MINUSCA et de la MONUSCO pour leurs interventions sur des sujets aussi importants et déterminants pour le succès du maintien de la paix.

Messieurs les officiers généraux, permettez-moi tout d’abord de vous rendre hommage, et à travers vous aux plus de 100.000 Casques bleus déployés de par le monde. Sans votre action au quotidien, sans votre engagement personnel et votre courage, et celui de vos soldats, les hommes et les femmes qui ont démontré très récemment encore, en République centrafricaine et au Mali, leur sens du sacrifice ultime, quel serait donc aujourd’hui l’état de notre monde qui est déjà si fortement fragilisé par la multiplication des crises ?

Combien de vies civiles sont épargnées par vos Casques bleus qui sont de plus en plus confrontés à des menaces létales directes et souvent asymétriques ? Soyez assurés ici, Messieurs les officiers généraux, de notre admiration, de notre confiance et de notre soutien surtout dans votre noble tâche, mais également et avant tout de notre souci constant au Conseil de sécurité de vous donner les mandats, les moyens et le soutien politique nécessaires à la réussite de vos missions.

Il est de notre responsabilité au sein du Conseil de parfaitement comprendre les défis auxquels vous, et vos soldats, êtes confrontés : la complexité des environnements, les menaces sécuritaires. Nous le faisons en vous écoutant aujourd’hui ; nous le faisons encore davantage au moyen d’un dialogue régulier avec les pays contributeurs en troupes, qui est désormais systématique avant chaque renouvellement de mandat dont nous prenons l’initiative au Conseil.

Je souhaiterais aujourd’hui souligner 3 points essentiels qui sous-tendent votre action au quotidien.

En premier lieu, nous sommes attentifs à la bonne conduite de vos opérations militaires, tant dans la phase de formation pré-déploiement, lors de votre déploiement bien sûr et jusqu’à votre désengagement. Cela n’est possible qu’à travers une planification intégrée, réalisée à New York, entre tous les acteurs du Conseil de sécurité, du Secrétariat, des pays contributeurs de troupes, mais également avec l’Etat hôte. Cette planification intégrée doit aussi se poursuivre sur le théâtre, par une action coordonnée de l’ensemble des composantes. C’est la clef de votre réussite.
En second lieu, je souhaiterais souligner l’importance de vous donner les moyens de remplir votre mission ; c’est notre responsabilité et notre engagement. Nous avons en effet le devoir au Conseil de veiller à ce que vous vous déployiez avec les meilleures troupes formées. Je souhaiterais à cet effet souligner l’importance des conférences régionales sur le maintien de la paix, je pense notamment à la Conférence de Paris d’octobre 2016 consacrée au maintien de la paix en environnement francophone, où la formation linguistique et l’importance de l’interaction avec la population locale ont été mises en exergue. Il est important également que vos troupes se déploient sans restriction nationale cachée et avec des capacités de protection acceptables et standardisées ainsi qu’avec des capacités facilitatrices qui puissent vous permettre de conduire vos opérations dans les meilleures conditions d’efficience et de protection. Est-il besoin enfin de souligner l’importance cruciale de disposer de la pleine cohérence du commandement et de l’unicité de votre chaîne de commandement sur les capacités critiques ? Je pense notamment aux capacités d’évacuation médicale que vous devez avoir 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, car les risques ne s’arrêtent pas le weekend ni la nuit. Je pense également aux dispositifs de protection contre les engins explosifs improvisés lorsque vous êtes confrontés à ce type de menaces sur vos théâtres.

Enfin, c’est mon troisième et dernier point, nous vous devons d’être très clairs sur la question du maintien de la paix robuste. Si nous vous demandons de mettre en œuvre des mandats robustes, alors nous nous engageons de notre côté à vous apporter tout le soutien politique nécessaire, ainsi que les capacités adéquates, en totale conformité avec vos règles d’engagement qui doivent aussi vous donner les moyens de remplir au mieux votre mission. C’est notre engagement moral à votre endroit.

Cette séquence annuelle avec vous est essentielle pour que vous puissiez nous faire partager vos préoccupations du moment. N’hésitez jamais à nous solliciter, nous vous considérons au Conseil comme notre bras armé au service de la paix et de la sécurité internationale.

Messieurs les officiers généraux, permettez-moi de conclure mon propos en vous rendant à nouveau hommage. Votre métier actuel de maintien de la paix n’est pas forcément un métier qui est par essence militaire, mais seuls les militaires peuvent le réaliser aussi bien ! Alors soyez chaleureusement remerciés pour votre engagement exemplaire au service de la paix.

Je vous remercie.

Dernière modification : 23/05/2017

Haut de page