Le conflit libyen est à un moment critique [en]

Libye
Intervention de Mme Intervention de Mme Anne Gueguen, représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations unies, Chargée d’Affaires a.i.
Réunion d’urgence du Conseil de sécurité – 10 août 2019

Madame la présidente,

Je vous remercie pour l’organisation de cette réunion à la demande de la France et je remercie également Bintou Keita pour son intervention. Il était essentiel que le Conseil de sécurité se réunisse aujourd’hui en urgence étant donné les développements en Libye ces dernières heures. Le conflit libyen est à un moment critique.

Ma pensée se tourne d’abord vers le personnel de la MANUL, victime d’un attentat qui a atteint ce jour la mission à Benghazi, faisant tragiquement, comme Mme Bintou Keita vient de nous le dire, trois morts et au moins 2 blessés graves parmi le personnel de la mission. La France condamne cette attaque de la manière la plus ferme et présente ses condoléances aux familles et proches des victimes. La France demande que les circonstances de cet acte soient établies sans délai et que les responsables soient traduits en justice.

Madame la présidente,

Dans ces circonstances tragiques, je réitère le plein soutien de la France au Représentant spécial et à l’ensemble du personnel de la MANUL, qui œuvrent sans relâche pour la paix dans un contexte difficile et dangereux.

1/ La France salue la trêve acceptée aujourd’hui par les deux parties qui est une première étape importante pour alléger les souffrances de la population libyenne et créer les conditions pour aller vers une solution politique durable, permettant à la Libye de retrouver la paix et la stabilité.

Nous nous sommes réunis le 29 juillet dernier ici même pour appeler les parties libyennes à s’engager avec le Représentant spécial pour conclure une trêve au moment de l’Aïd. Une déclaration à la presse le 5 août dernier nous a permis de confirmer cet appel et le soutien unanime du Conseil de sécurité aux efforts de Ghassan Salamé. Depuis lors, la France comme un grand nombre de ses partenaires, et bien sûr le Représentant spécial du Secrétaire général Ghassan Salamé, n’ont eu de cesse de déployer leurs efforts auprès des parties afin qu’elles puissent s’engager aujourd’hui sur la voie de la trêve.

Nous appelons aujourd’hui l’ANL et le GEN à observer cette trêve à travers la Libye et dans la durée, de façon à permettre le temps des discussions nécessaires pour aller plus loin.

Il n’y a pas et ne peut y avoir de solution militaire à la crise et les seuls bénéficiaires de la poursuite des combats sont les groupes terroristes et criminels. Cette trêve est donc essentielle, afin d’éviter que la situation ne se dégrade encore davantage, pour permettre à la population de sortir des zones de conflit et pour permettre l’accès de l’aide humanitaire à ceux qui en ont urgemment besoin.

Madame la présidente,

2/ Cette trêve doit être accompagnée de mesures de confiance afin d’ouvrir la voie à un cessez-le-feu durable, assorti de garanties crédibles.

La mise en œuvre d’un cessez-le-feu durable qui s’inscrive dans la relance du processus politique sous l’égide du Représentant spécial est la seule issue. Ce constat est partagé au sein de ce Conseil, et nous devons unir nos efforts pour y parvenir.

La France appelle les parties libyennes à reprendre les discussions sur cette base, sous l’égide du Représentant spécial, afin que les éléments d’un accord répondant aux préoccupations de toutes les parties et surtout aux attentes de la population libyenne puissent être rapidement réunis sur la base des principes agréés à Paris, Palerme et Abou Dabi.

Ces paramètres doivent être assortis de réformes économiques et sécuritaires, avec pour priorité la mise en œuvre rapide d’une gouvernance transparente de la banque centrale, la réforme de la gestion des revenus pétroliers, l’unification des institutions financières et sécuritaires, au bénéfice de tous les Libyens. Ils doivent également être complétés par des dispositions solides en matière sécuritaire et sous-tendus par le respect des résolutions du Conseil de sécurité en particulier s’agissant de l’embargo sur les armes.

Nous appelons instamment toutes les parties à saisir l’occasion qu’offre cette trêve pour avancer dans la direction d’une solution politique globale, que notre Conseil n’a cessé d’appeler de ses vœux. Nous soutenons dans cette optique le principe d’une déclaration à la presse proposé par le Royaume-Uni.

Je vous remercie et je souhaite une bonne fête de l’Aid à tous ceux qui le célèbrent.

Dernière modification : 22/08/2019

Haut de page