Les femmes dans le maintien de la paix [en]

Cette année, la journée internationale des Casques bleus rend hommage au rôle clé que jouent les femmes dans les opérations de maintien de la paix.

Cette année, alors que nous célébrons le 20ème anniversaire de la résolution 1325 portant l’agenda « Femmes, Paix, et Sécurité », cette journée internationale rendra en particulier hommage au rôle clé que jouent les femmes dans les opérations de maintien de la paix.

L’importance de la place des femmes dans le maintien de la paix

Avec l’adoption de la résolution 1325 en 2000 portant l’Agenda « Femmes, Paix, et Sécurité », le Conseil de sécurité souligne l’importance de la participation des femmes et de la prise en compte de la dimension de genre dans les négociations de paix, dans les opérations de maintien de la paix et dans la consolidation de la paix. Cette résolution affirme ainsi que les femmes ne sont pas seulement victimes des conflits armés mais sont également actrices et doivent à cet effet être davantage impliquées dans la résolution de conflits.

La participation des femmes dans les opérations de maintien de la paix est une condition essentielle pour assurer le succès de cet Agenda et des opérations de maintien de la paix en tant que telles.

La participation accrue des femmes dans les opérations de maintien de la paix a ainsi démontré qu’elle permettait d’améliorer l’efficacité des missions, assure un meilleur accès aux communautés locales, en particulier aux femmes et permet une meilleure promotion des droits de l’Homme et de la protection des civils.

La participation des femmes dans les opérations de maintien de la paix encourage également une participation plus active des femmes dans les processus de paix et décisions politiques. Il a été ainsi montré que lorsque davantage de femmes font parties des négociations de paix, celles-ci sont plus inclusives et produisent des résultats plus durables. Lorsque des femmes sont formellement signataires d’accord de paix, les études ont également prouvé qu’il y a une plus grande chance qu’ils soient mis en œuvre.

Depuis sa création en 1948, les opérations de maintien de la paix ont évolué vers plus de représentativité des populations qu’il sert, avec une place et un rôle croissant des femmes en leur sein. Les femmes sont de plus en plus représentées au sein des opérations de maintien de la paix. En 1993, les femmes représentaient 1% du personnel en uniforme déployé. En 2019, les femmes constituent 4,7 % des contingents militaires et 10,8 % des unités de formation et d’entraînement. Si des progrès ont ainsi été réalisés, il est essentiel de poursuivre les efforts en vue d’une meilleure représentation des femmes, à tous les niveaux des contingents des opérations de maintien de la paix.

Cours de l’ONU pour le personnel militaire féminin

Le nombre de personnel féminin déployé dans le service du maintien de la paix reste faible. Fin 2018, seuls 4 % de la composante militaire des missions étaient des femmes. Les initiatives menées par l’ONU ont permis d’atteindre 13,4 % du personnel déployé, en janvier 2019.

C’est dans ce contexte qu’a été créé le programme de l’ONU pour le personnel militaire féminin, projet-pilote né en 2015, mené par ONU Femmes en Inde et en Afrique du Sud. Cette formation a pour objectif d’accroître le déploiement de femmes dans les opérations de maintien de la paix. Cette initiative innovante vise notamment à permettre des opportunités de progression professionnelle aux femmes militaires.

Depuis sa création, le cours a été organisé chaque année en Chine, au Kenya et en Inde. Pour 202, le programme inclut une dimension francophone avec sa tenue prévue en septembre prochain au Sénégal. Cette formation sera financée par la France à hauteur de 300 000 €.

Plus de 400 femmes militaires ont à ce jour bénéficié de cette formation. Selon le responsable du Service de Génération de Force au département des opérations de paix de l’ONU, 75 % des femmes formées ont été, ou seront déployés. Il est donc primordial de poursuivre ces efforts.

Le Plan mixité du Ministère français des Armées

« Grande cause nationale du quinquennat », la France est également engagée à aller vers davantage d’égalité entre les femmes et les hommes, et ce, dans tous les domaines.

Florence Parly a à cet effet, présenté le 7 mars 2019 le Plan mixité pour le ministère des Armées.

Si les armées françaises sont aujourd’hui parmi les plus féminisées au monde (4e rang), l’effort doit se poursuivre et être renforcé.

Le Plan mixité s’articule autour de trois axes forts :

• Recruter : donner envie aux femmes de rejoindre les armées pour constituer un vivier suffisant et permettre à un plus grand nombre de femmes d’accéder aux plus hautes responsabilités ;
• Fidéliser : fidéliser les femmes miliaires pour éviter qu’elles ne quittent la filière opérationnelle ou l’institution ;
• Valoriser : mettre en valeur l’image des femmes dans les armées.

Ces trois axes d’effort sont déclinés en 22 mesures concrètes, qui seront mises en œuvre et déclinées ensuite selon les spécificités des armées, directions et services. Parmi elles, des mesures phares comme :

-  assouplir la gestion pour l’accès aux grades et aux responsabilités notamment en comptabilisant les congés parentaux et les disponibilités prises pour élever un enfant.

-  généraliser à toutes les armées, direction et services, la mise en place de « référents mixité » afin de mieux prévenir, conseiller et appuyer le commandement en matière d’équité hommes-femmes

-  renforcer la féminisation du haut commandement en fixant des objectifs ambitieux et chiffrés (10% de femmes chaque année parmi les lauréats du concours de l’Ecole de guerre ; 10% de femmes parmi les officiers généraux d’ici 2022 ; doublement de la part des femmes parmi les officiers généraux d’ici 2025)

Dernière modification : 01/06/2020

Haut de page