Inclusion des impacts du changement climatique, clé dans la prévention des conflits [en]

Risques climatiques et sécuritaires : les dernières données
Que peut faire l’ONU pour prévenir les conflits liés au climat et comment pouvons-nous protéger les activités de l’ONU dans les pays contre les effets du climat ?
Intervention de M. Nicolas de Rivière, représentant permanent de la France auprès des Nations unies
Réunion du Conseil de sécurité en format Arria - 22 avril 2020

Tout comme la pandémie de COVID19, le changement climatique ne connaît pas de frontières.

Les conséquences du changement climatique sur la sécurité constituent un défi pour notre paix et notre sécurité collectives.

Pour faire face à ce défi et le relever, nous avons besoin des Nations unies.

Les Nations unies ont à la fois la légitimité et l’expérience nécessaires pour nous guider et nous faire travailler ensemble.

Que faire à partir de maintenant ? Je me limiterai à trois recommandations :

Premièrement, nous devons anticiper. Nous voyons déjà comment les impacts du changement climatique ont aggravé les conflits au Moyen-Orient et dans la région du Sahel. N’attendons pas que la prochaine région entre en conflit. Faisons des impacts du changement climatique un élément clé de nos politiques de prévention des conflits.

Nous devons agir dès maintenant et mettre en place les réponses appropriées qui sont déjà présentes, mais aussi aux menaces moins immédiates, qui pourraient avoir des conséquences dévastatrices dans 10 ou 20 ans. La région arctique est un bon exemple d’une telle situation.

Deuxièmement, pour ce faire, ce que nous devons faire, et ce sera ma deuxième recommandation, c’est renforcer les capacités au niveau des Nations unies.

Le mécanisme sur le climat et la sécurité a déjà contribué à renforcer la capacité du système des Nations unies.

Nous voulons maintenant que le Secrétaire général présente tous les deux ans à l’Assemblée générale et au Conseil de sécurité un rapport, basé sur des données solides, qui évaluerait, pour chaque région du monde, les risques à la paix et la sécurité que représente l’impact du changement climatique, et qui ferait des recommandations orientées vers l’action pour prévenir ces risques.

Nous proposons également que le Secrétaire général nomme un Envoyé spécial chargé du climat et de la sécurité afin de mieux coordonner l’action de l’ONU et de ses agences sur cette question.

Enfin, nous devons agir maintenant.

L’impact du changement climatique sur la sécurité internationale n’est pas un problème d’avenir mais du présent.

Nous devons agir maintenant, avec une résolution qui donnerait au Secrétaire général un mandat clair pour présenter ce rapport et envisager d’intégrer pleinement les impacts du changement climatique dans la politique de prévention des conflits des Nations unies.

Chers collègues,

Face à ces risques certains, nous ne pouvons pas nous réfugier dans le déni ou la désinformation.

La France s’engage à travailler sans relâche avec vous tous pour concrétiser cet objectif dans les mois à venir.

Je vous remercie.

Dernière modification : 22/04/2020

Haut de page