Message de Nicolas de Rivière à l’occasion de la fête nationale

MESSAGE A L’OCCASION DE LA FETE NATIONALE

M. NICOLAS DE RIVIERE
AMBASSADEUR, REPRESENTANT PERMANENT DE LA FRANCE
AUPRES DES NATIONS UNIES

New York, le 14 juillet 2020

JPEG












Chers collègues,
Chers amis,
Mes chers compatriotes,

La célébration de notre fête nationale, cette année, revêt bien entendu un caractère particulier, et différent de ce à quoi nous avions aspiré. La situation sanitaire actuelle ne nous permet pas de nous réunir et de fêter comme à l’accoutumée notre 14 juillet. Je le regrette, bien sûr, mais nous aurons d’autres occasions, une fois passée la pandémie, de célébrer notre Nation, son unité et ses valeurs.

Pour ce 14 juillet 2020, en cette année où nous avons été tous soumis à rude épreuve, tant sur le plan personnel et familial que professionnel, je souhaite rendre un hommage appuyé au travail de tous nos collègues et compatriotes qui sont impliqués dans la gestion de la crise que nous traversons.

Je pense en premier lieu aux Françaises et Français qui œuvrent au sein du système des Nations unies, pour coordonner la réponse internationale et apporter celle de l’ONU, dans les institutions et sur le terrain. Grâce au plan global de réponse humanitaire à la COVID-19, les Nations unies apportent ainsi une aide humanitaire et sanitaire vitale à 63 pays. Je pense aussi à nos Casques bleus, aux militaires et aux policiers déployés en opérations extérieures et aux soignants engagés dans les opérations des Nations unies, dont la tâche se poursuit encore sur les différents théâtres de leur déploiement. Je pense encore aux agents de la Mission permanente, qui ont défini et mis en place les modalités de fonctionnement pendant le confinement, permettant d’assurer la continuité de notre action tout en protégeant les agents de l’Etat.

A tous, je veux dire ma sincère gratitude pour votre engagement sans faille tout au long de cette crise. Je tiens néanmoins à vous encourager à rester prudents. La menace que présente le coronavirus n’est pas éteinte et nous devons maintenir la plus grande vigilance, dans nos activités professionnelles comme au quotidien.

La France, vous le savez, s’est mobilisée face à la pandémie de COVID-19, en solidarité avec ses partenaires internationaux affectés par la crise sanitaire. Elle soutient résolument l’action des Nations unies sur tous les plans. Parce que nous sommes particulièrement préoccupés par la propagation de la COVID-19 en Afrique, notamment dans la région du Sahel, où la population est extrêmement vulnérable, le Président de la République a rassemblé ses homologues autour d’une initiative pour lutter contre la maladie dans les pays africains avec quatre volets. La France y consacrera 1,2 milliards d’euros. Trois mois après son lancement, elle a déjà permis de financer dans 23 pays africains 29 projets, qui permettront de renforcer les systèmes de santé mais aussi de venir en aide à leur économie.

Nous avons aussi porté, au Conseil de sécurité, avec la Tunisie, la résolution 2532 qui fait écho à l’appel du Secrétaire général, exige un cessez-le-feu dans tous les pays qui sont à l’ordre du jour du Conseil et appelle à une pause humanitaire dans les pays en conflit.

Au cœur de la crise, la solidarité européenne a aussi joué un rôle prépondérant. L’Union européenne plaide en faveur d’une réforme du système de santé international, elle s’est engagée à mettre en place un dispositif mondial d’intervention de 20 milliards d’euros pour soutenir les efforts des pays partenaires dans la lutte contre la pandémie, elle a pris l’initiative d’un pont aérien humanitaire vers les pays les plus en difficulté. Depuis le début de cette crise mondiale, la France n’a eu de cesse d’être à l’initiative pour construire une réponse multilatérale efficace et rapide, en coordination étroite avec l’OMS, l’Union européenne et l’ensemble de nos partenaires sur les diagnostics, les traitements et les vaccins pour faire de ces derniers un bien public mondial.

La France a été à l’initiative également au G7 et au G20 pour renforcer la coordination sur le plan sanitaire et économique. La solidarité francophone a également été mise à contribution, que ce soit à travers les plateformes francophones à l’ONU ou par la création d’un fonds de la Francophonie pour aider les femmes qui subissent de plein fouet les impacts socio-économiques des crises.

Ce ne sont là que quelques exemples mais ils illustrent ce que nous défendons ensemble : un monde solidaire et uni, un monde apaisé et tolérant dans lequel la diversité sous toutes ses formes est célébrée.

Certes, après la pandémie, les choses seront différentes. Nos méthodes de travail ont dû s’adapter durant cette période et je pense – et souhaite – que nous puissions en tirer les leçons pour nos propres modes de fonctionnement, avec davantage de souplesse, qui fonde notre réactivité. La crise a elle-même mis en lumière la nécessité d’une réponse coordonnée, multilatérale, face à une menace mondiale – et souligné avec acuité toute l’importance du système des Nations unies, 75 ans après sa fondation.

Car en cette année aussi particulière, qui marque les 75 ans des Nations unies, la crise actuelle illustre à la perfection leur pertinence, inchangée, trois quarts de siècle après leur création. Malgré les différentes remises en cause que l’on a pu observer, l’ONU est aujourd’hui au cœur du système multilatéral international. La Charte de San Francisco demeure criante de modernité. Ses buts et ses principes dressent encore aujourd’hui des priorités fondamentales pour notre action : préserver la paix et la sécurité, protéger les droits de l’Homme, assurer un développement durable et équitable – et, partant, protéger notre planète.

Alors, pour ce 14 juillet 2020, nous pouvons voir clairement se dessiner les défis de demain, pour reconstruire ensemble, autour de la paix internationale, de l’égalité et de la diversité, de la protection de l’environnement et du relèvement de l’ambition climatique. Je sais pour cela que la France peut compter sur ses forces vives, à New York, à l’ONU et au sein de son système, pour promouvoir les valeurs de la République et soutenir les buts et principes des Nations unies.

Vive la République, vive la France.

Nicolas de Rivière

Dernière modification : 14/07/2020

Haut de page