Nos deux pays ont décidé de porter des priorités communes

Point de presse conjoint de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères de la France et de M. Heiko Maas, ministre des Affaires étrangères de l’Allemagne - 1er avril 2019


=Propos de M. Jean-Yves Le Drian=

1. Présidences « jumelées » - soutien au multilatéralisme

• Les hasards de l’ordre alphabétique anglais ont fait que la France et l’Allemagne ont été amenées à présider, l’une après l’autre, le Conseil de Sécurité en mars et en avril de cette année.

• Avec mon ami Heiko Maas, nous y avons vu l’opportunité de passer d’abord un message conjoint de soutien et d’engagement au sein des Nations unies, qui font aujourd’hui l’objet d’une remise en question inédite. Ce n’est pas l’institution qui est critiquée, c’est le principe même dont elle procède qui porte son nom : l’idée que le monde sera mieux régulé, les conflits prévenus, les grands enjeux globaux traités, par l’union des Nations, par la coopération entre les Etats.

• Face au risque de déconstruction de notre édifice multilatéral, la France et l’Allemagne ont un message à porter ensemble. Parce que nos deux pays ont vécu dans leur chair les conséquences du repli sur soi, les conséquences de l’unilatéralisme, de la libération de la parole extrémiste, du choc des nationalismes.

• C’est donc le sens de l’initiative que nous avons lancée et sur lesquelles on s’exprimera demain, baptisée Alliance pour le multilatéralisme.

• C’est également le sens de la coopération renforcée que nous avons souhaité mettre en place durant nos présidences successives du Conseil de sécurité. Et c’est dans cet esprit que nos deux pays ont décidé de porter, dans cette présidence successive, des priorités communes, telles que le soutien aux processus de paix en Afrique et aux opérations africaines de paix – nous avons participé ensemble, la semaine dernière, à un briefing du Conseil de sécurité sur la situation au Mali, quelques jours après la visite du Conseil sur place ; le rôle des femmes dans les processus de paix – ou encore le renforcement de l’espace humanitaire.

2. « Humanitarian call for action »

• Aujourd’hui, premier jour de la présidence allemande donc, je passe le relais à Heiko, et nous avons décidé de lancer ensemble une campagne de mobilisation pour la préservation de l’ « espace humanitaire », c’est-à-dire la capacité pour ceux qui sont en première ligne de porter secours aux victimes des conflits et d’exercer leur mission de manière sûre et efficace.

• Et nous avons souhaité concentrer nos efforts sur deux priorités :
-  La première, c’est la sécurité des travailleurs humanitaires et médicaux ; nous y avons travaillé toute la matinée et cette initiative est aujourd’hui soutenue par un groupe de 39 Etats pour faire en sorte que les travailleurs humanitaires soient sécurisés dans le cadre de cette réunion au format « Arria » que nous avons eue ce matin ;

-  La seconde, c’est le rappel de ce qui devrait être une évidence : même la guerre a des règles, et ces règles s’appellent le droit international humanitaire. Et c’est en particulier l’objet de la réunion du Conseil de sécurité, du briefing qui sera présidée par Heiko dans quelques minutes.

• Cette journée de mobilisation humanitaire est le début d’une initiative, baptisée Humanitarian Call for Action, que la France et l’Allemagne porteront ensemble dans les mois à venir.

• Autant vous dire que je suis vraiment heureux de cette présidence consécutive et de la force des messages que l’Allemagne et la France ont portés au cours de ces deux présidences.

Dernière modification : 04/04/2019

Haut de page