Octobre 2017 : Présidence française du Conseil de sécurité [en]

« La Charte des Nations unies nous a confié une responsabilité unique : préserver la paix et la sécurité internationales. » Jean-Yves Le Drian, Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères – mercredi 20 septembre au Conseil de sécurité

JPEG

A partir du 1er octobre 2017, la France a assuré la Présidence du Conseil de sécurité de l’ONU pour un mois. Chaque mois, l’un des membres du Conseil de sécurité prend la présidence, selon une rotation basée sur l’ordre alphabétique des pays à la table. La France a ainsi succèdé à l’Ethiopie qui assurait la présidence du Conseil en septembre 2017.

La présidence joue un rôle essentiel au fonctionnement du Conseil de sécurité : elle établit le programme de travail du mois, prépare et préside les réunions en assurant la bonne tenue des débats, et rend publics les décisions, déclarations et communiqués de presse du Conseil.

Le programme de travail préparé par l’Etat membre en charge de la Présidence est adopté par le Conseil de sécurité le premier jour du mois. Il contient l’ensemble des réunions prévues au Conseil (réunions publiques et/ou séances de consultations fermées, débats ouverts aux autres Etats membres de l’ONU, etc.), mais également les éventuelles visites sur le terrain du Conseil de sécurité.

Le/La Représentant-e Permanent-e du pays qui exerce la présidence du Conseil de sécurité parle au nom de l’ensemble des membres du Conseil lors de l’adoption de déclarations ou d’éléments à la presse. Il/elle informe les autres organes des Nations unies de l’avancée des travaux du Conseil. Il/elle peut également parler aux médias et aux représentants de la société civile pour présenter les échéances et décisions adoptées par le Conseil de sécurité.

La rentrée 2017 fut un moment particulier pour la France à l’ONU : après la semaine de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies marquée par la première visite du Président de la République Emmanuel Macron, notre pays prend en octobre la Présidence du Conseil de sécurité. L’enchainement de ces deux séquences majeures à New York est l’occasion pour la France de réaffirmer son engagement fort et moteur en faveur du multilatéralisme.

En tant que membre permanent du Conseil de sécurité, la France joue un rôle particulier à l’ONU. Pour ce mois d’octobre 2017, la France avait prévu un programme de travail ambitieux, à la hauteur de ce que nous attendons des Nations unies en matière de maintien de la paix et de la sécurité internationale. L’envoi de casques bleus dans les zones de conflit est l’un des outils majeurs à disposition du Conseil de sécurité. C’est une responsabilité essentielle et c’est pourquoi il est très important que le Conseil de sécurité suive de près l’évolution des missions chargées de maintenir et de préparer le retour à la paix dans des pays en crise.

Sous la présidence française, le Conseil de sécurité s’est réuni pour évoquer plusieurs de ces opérations de maintien de la paix : au Mali, en République démocratique du Congo, en République centrafricaine et au Soudan. Un débat sur les opérations de maintien de la paix et la génération de force a été organisé dès le début de la présidence française. Le Conseil de sécurité s’est rendu par ailleurs dans la région du Sahel mi-octobre pour soutenir les efforts de la nouvelle force africaine du G5 Sahel dans la lutte contre le terrorisme. A l’issue de sa visite, le Conseil de sécurité s’est réuni au niveau ministériel pour examiner les moyens de renforcer le soutien des Nations Unies à cette force. Le Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a présidé cette réunion. La prise en charge par les pays du Sahel de leur propre sécurité face au terrorisme est une priorité pour la France comme pour l’Union européenne.

L’Afrique a ainsi occupé une part importante de nos travaux tout au long du mois. Mais le Conseil s’est également penché sur la situation en Syrie, au Yémen et au Liban. Une réunion du Conseil sur le processus de paix au Proche-Orient a été également organisée pendant notre présidence. Elle a été ouverte aux autres Etats membres de l’ONU qui ont pu s’exprimer à cette occasion sur ce conflit.
La France a organisé également une réunion informelle sur la Birmanie autour de Kofi Annan.

La Présidence française du Conseil a également mis en avant la nécessité de protéger les plus faibles lors des conflits : un débat ouvert a eu lieu sur les femmes, la paix et la sécurité ; le sujet des enfants dans les conflits armés, qui a toujours été porté par la France aux Nations Unies, a été évoqué lors d’une réunion ministérielle fin octobre, en présence du ministre Jean-Yves Le Drian.

La France a fait de sa Présidence du Conseil de sécurité un moment fort pour faire progresser les discussions sur la réforme du maintien de la paix. Ce fut également l’occasion de montrer comment le Conseil de sécurité peut soutenir davantage les efforts des pays engagés dans la lutte contre le terrorisme à l’échelle régionale, notamment dans le Sahel.

Dernière modification : 19/12/2017

Haut de page