Protection du patrimoine culturel [en]

« La protection du patrimoine est un enjeu de civilisation. […] Mais c’est aussi un enjeu de sécurité, car pendant le conflit, le trafic illicite de biens culturels pillés finance les réseaux terroristes et constitue un facteur de développement des conflits armés. » Mme Audrey Azoulay en tant que Ministre française de la culture et de la communication, le 24 mars 2017
JPEG - 153.8 ko
Destruction of cultural heritage has become a tactic of war.
Credits : UNESCO

La protection du patrimoine culturel, enjeu de civilisation et de sécurité

Le patrimoine est une richesse incitant au dialogue. Sa valeur symbolique en fait un facteur de rapprochement, de tolérance, de liberté et de respect. Face à la multiplication de la destruction de plusieurs sites culturels, comme le site archéologique de Palmyre en Syrie ou les manuscrits anciens et les temples de Tombouctou au Mali, la communauté internationale s’est mobilisée.

La destruction du patrimoine culturel est devenue une tactique de guerre, utilisée par des groupes armés et en particulier les organisations terroristes. En alimentant les conflits, en nourrissant la propagande et en devenant une source de revenus renforçant les groupes armés, le pillage et le commerce illicite des biens culturels représentent une véritable menace pour la paix et la sécurité. Enfin, au moment du retour à la paix, à la fin du conflit, il a été constaté que le patrimoine jouait un rôle considérable pour le rétablissement de la paix et de la réconciliation.

La France est pleinement mobilisée dans ce contexte pour la protection du patrimoine culturel, enjeu majeur pour la paix et la sécurité internationales.

JPEG - 5.6 Mo
Cultural heritage plays a significant role to restore peace and reconciliation. Here, maintenance of a mosquee in Timbuktu.
Credits : UNESCO

L’engagement de la France et de l’ONU dans la protection du patrimoine culturel

En 2015, le Conseil de sécurité a adopté la résolution 2199, qui pour la première fois évoque la nécessité de protéger le patrimoine culturel de l’action des groupes terroristes en Irak et en Syrie. La résolution encourage également les Etats à prendre des mesures pour empêcher le commerce des biens culturels.

La France et les Emirats Arabes Unis, en partenariat avec l’UNESCO, ont co-organisé le 20 mars 2017 une conférence des donateurs sur le patrimoine culturel à Paris. Cette conférence a permis le lancement d’un fonds international, l’Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones de conflits, mettant ainsi concrètement en œuvre les mesures adoptées lors de la conférence à Abu Dhabi, en décembre 2016.

Quelques jours plus tard, le 24 mars 2017, le Conseil de sécurité a adopté, à l’initiative de la France et de l’Italie, la résolution 2347. Cette résolution fondatrice donne un cadre global à la protection du patrimoine détruit ou abîmé par les groupes terroristes ou en situations de conflits. La France a pris de nombreuses initiatives en application de la résolution 2347, comme la mise en place d’un dispositif de gel des avoirs et d’une surveillance renforcée des importations de biens culturels.

C’est dans la continuité de cette dernière résolution, que les membres du Conseil de sécurité se sont réuni le 30 novembre, à l’occasion d’une réunion publique.

Dernière modification : 01/12/2017

Haut de page