RCA : la mise en œuvre de l’accord de paix doit se poursuivre [en]

REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE / MINUSCA

INTERVENTION A TITRE NATIONAL
DE M. NICOLAS DE RIVIÈRE
REPRESENTANT PERMANENT DE LA FRANCE AUPRES DES NATIONS UNIES
AU CONSEIL DE SECURITE

New York, le 22 juin 2020

Je remercie nos intervenants pour leurs présentations et salue la présence de Madame la Ministre, à qui j’adresse toutes les condoléances de la France après l’attaque meurtrière qui vient de se passer en République centrafricaine.

Je souhaiterais souligner trois points.

Tout d’abord, je souhaiterais exprimer la solidarité de la France vis-à-vis du gouvernement et du peuple centrafricains face à la pandémie de COVID-19 et à ses conséquences humanitaires et socio-économiques. La France a ainsi renforcé son appui bilatéral à la RCA en matière sanitaire et souligne que l’accès humanitaire doit demeurer une priorité. C’est pourquoi elle a contribué, conjointement avec l’Union européenne, à la mise en œuvre d’un pont aérien humanitaire vers plusieurs pays africains, dont la RCA. La France salue par ailleurs les efforts déployés par la MINUSCA pour continuer à mettre en œuvre son mandat et j’en profite ici pour réitérer tout notre soutien au Représentant spécial, Mankeur Ndiaye.

Je souhaiterais ensuite saluer les progrès réalisés dans la mise en œuvre de l’accord de paix. La mise en œuvre de l’accord doit se poursuivre, sous l’impulsion du Président Touadéra et de son gouvernement, car il demeure la seule voie pour une paix durable dans le pays. Je pense par exemple à la poursuite du déploiement des unités spéciales mixtes de sécurité ou la mise en place effective de la Commission « vérité, justice, réparation et réconciliation » et de la décentralisation.

La France demeure néanmoins très préoccupée par les violations de l’accord de paix commises par certains groupes armés, notamment les attaques contre les civils, les personnels humanitaires et les forces de sécurité, les violations graves commises contre les enfants, les violences sexuelles ou les annonces unilatérales de retrait de l’accord. Notre message doit être clair : ceux qui se livrent à ces actes doivent être traduits en justice et les mesures prévues par l’article 35 de l’accord doivent être mises en œuvre. Le Conseil de sécurité a récemment sanctionné à notre initiative un chef de groupe armé, Abdoulaye Miskine, et doit continuer de sanctionner ceux qui entravent délibérément le retour de la paix.

Je souhaiterais enfin saluer les progrès réalisés dans la préparation des élections présidentielles et législatives de 2020/2021. Ces élections devront se tenir de façon pacifique, inclusive, transparente et dans le respect des délais constitutionnels. La France appelle l’ensemble des acteurs centrafricains à s’engager dans un dialogue inclusif sur toutes les questions relatives à la tenue des élections. Elle met également en garde contre les tentatives de déstabilisation des institutions et contre les campagnes de désinformation. La France appelle enfin les partenaires de la RCA à contribuer sans tarder au financement des élections. En plus de notre contribution via l’Union européenne, nous y apporterons ainsi 300 000 euros supplémentaires.

Je vous remercie.

Dernière modification : 22/06/2020

Haut de page