Rendre les opérations de maintien de la paix plus efficaces [en]

Opérations de maintien de la paix - Remarques à la presse de M. Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères - 28 mars 2018

PNG

Je suis heureux d’être ici pour représenter la France. Je suis venu pour témoigner du soutien de la France à ce travail qui s’engage pour réformer, rendre plus efficientes et efficaces les opérations de maintien de la paix.

Ces opérations sont cruciales. Elles sont pour des dizaines de milliers de femmes et d’hommes, souvent des millions hélas, le dernier espoir. Les casques bleus incarnent physiquement ce qu’est l’ONU. Pour ces personnes potentiellement prises entre des feux adverses, victimes potentielles de violences, c’est le dernier espoir. Pour nos opinions publiques aussi les opérations de maintien de la paix incarnent l’ONU plus que tout.

La France est un défenseur infatigable et inlassable du multilatéralisme dans tous les domaines. C’est valable en matière diplomatique, en matière commerciale. Et le multilatéralisme sur le terrain se sont les opérations de maintien de la paix. C’est pourquoi vous nous voyez et nous verrez toujours très engagés, hier, aujourd’hui comme demain.

La France est le cinquième contributeur au budget de ces opérations de maintien de la paix, elle reste le deuxième contributeur européen et le deuxième contributeur parmi les membres permanents du Conseil de sécurité. Nous continuerons à être très engagés, auprès du Secrétaire général, auprès de l’ensemble des parties prenantes pour contribuer à l’amélioration de ces opérations, en nous articulant bien avec les organisations régionales également. Il sera d’ailleurs très intéressant d’écouter tout à l’heure le briefing du Président de la Commission de l’Union africaine.

Pour nous qui souhaitons travailler à une meilleure efficacité, cela passe notamment par la formation des troupes. Nous sommes très heureux de pouvoir former près de 30 000 soldats de différentes nations chaque année et qui pourront ensuite venir constituer des contingents pouvant être projetés dans ces opérations de maintien de la paix.

C’est donc un message volontariste que nous venons porter : celui d’une France qui est heureuse et fière de s’engager dans le cadre multilatéral et pour qui les opérations de maintien de la paix en sont l’essence même et l’incarnation physique. Ce débat sera d’ailleurs l’occasion de rendre hommage à tous ces femmes et hommes, à ces casques bleus qui, parfois au péril de leur vie hélas, s’engagent pour permettre à de nombreuses personnes de pouvoir continuer à vivre, ou parfois à survivre.

***
I am very happy to be here, representing France. As you know France is fully committed alongside the UN Secretary-General Antonio Guterres, in order to work on this reform for a better efficiency of the peacekeeping operations. France is an advocate of multilateralism and peacekeeping operations are the true face of multilateralism on the ground where it is very difficult sometimes for men and women, not only to live but simply to survive.
France is very committed through budget contribution : we are the 5th-largest contributor, but also with men and women in uniform deployed under the UN flag : soldiers, policemen and policewomen. In this domain, we are the second contributor among the permanent members of the Security Council and the second contributor in the the European Union. We will remain very engaged for this kind of operations.
So we are very eager to have this debate and we thank the Dutch presidency of the Security Council to bring this issue on the agenda. France will be very pro-active in order to rethink these peacekeeping operations so to have better trainings. As you know, France provides training to more than 30,000 military and police officers each year, who then serve in under the UN flag.
I’m here to represent France and to reaffirm France’s commitment to the peacekeeping operations and our faith into multilateralism.

Q : Minister, can we ask a question on the meeting between the Chinese leader and the North Korean leader. What is France reaction to that meeting taking place ?

La France est toujours engagée pour faire en sorte que la situation dans la péninsule coréenne ne dégénère pas. C’est pourquoi nous avons toujours été très fermes pour défendre un certain nombre de sanctions lorsque des provocations ont été lancées au visage du monde entier. Tous les messages qui peuvent être passés au régime nord-coréen et qui permettraient de faire en sorte que nous nous engagions sur un chemin qui soit une désescalade ne peuvent pas être négligés.

Dans tous les cas, il faut être intransigeant sur les objectifs. La France est très engagée sur de nombreux dossiers pour lutter contre la prolifération nucléaire. C’est la raison pour laquelle, dans un autre cadre, sur le JCPoA, nous sommes également très attentifs à ce qu’un accord qui a été conclu puisse rester en vigueur.
Mon commentaire est que nous devons rester très fermes sur les objectifs et éviter de nouvelles provocations. Si nos amis chinois sont en mesure de passer ces messages et de contribuer à atteindre cet objectif, je crois que nous en serons très heureux. Mais tout cela doit s’inscrire dans un cadre qui n’est pas négociable : rester ferme sur l’objectif de non-prolifération nucléaire.

Q : Monsieur le Ministre, vous venez de dire que vous formiez 30 000 casques bleus, or le nombre de casques bleus est beaucoup plus élevé. Comment pouvez-vous faire pour qu’on donne cette même formation à tous les casques bleus, de façon à ce que quand ils sont sur le terrain cela soit homogène et qu’ils se conduisent de façon décente ?

Je vous ai signalé la part que la France prenait et le chemin parcouru de ce point de vue-là, mais nous ne sommes pas seuls et nous travaillons avec toutes les nations amies et je sais que d’autres contribuent également à ces aspects de formation. Il faut unir les efforts, avoir une coordination toujours meilleure. C’est cela qui permettra que les réflexes soient là dans les troupes, s’assurer également qu’avant qu’elles soient projetées, elles se soient pleinement appropriées les objectifs et les règles qui régissent ces opérations. Et bien sûr nous sommes très attachés à ce que le comportement des personnels des opérations de maintien de la paix soit irréprochable. S’il devait y avoir des manquements, naturellement nous sommes sur une ligne tolérance zéro.

Dernière modification : 29/03/2018

Haut de page