Soudan du Sud : La France félicite les parties pour leur sens du compromis [en]

Soudan du Sud
Intervention de Mme Anne Gueguen, représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations unies
Conseil de sécurité – 4 mars 2020

Monsieur le Président,

Je tiens tout d’abord à remercier M. David Shearer et Mme Betty Sunday pour leurs exposés très éclairants et pour leur engagement personnel au service de la paix au Soudan du Sud.

Après deux reports, il est bon de pouvoir enfin saluer la formation du gouvernement d’unité nationale. La France félicite les parties pour leur sens du compromis et du dialogue, ainsi que l’IGAD et l’Union africaine, pour leur mobilisation sans relâche.

Une étape importante vient d’être franchie, mais le chemin qui doit mener à l’édification d’une paix durable est encore long. Les parties ont à nommer les différents ministres, mais aussi les gouverneurs et les membres du corps législatif. Il est indispensable que la participation des femmes et des jeunes soit effective, entière et significative et qu’à cet égard les quotas de femme prévus par l’accord de paix revitalisé soient pleinement respectés.

Nous attendons maintenant du gouvernement de transition qu’il mette en œuvre au plus vite les réformes agréées dans le cadre de l’accord, notamment la réforme du secteur de la sécurité, la justice transitionnelle, la redevabilité des gouvernants et la transparence des finances publiques.

Les aspirations à la paix du peuple du Soudan du Sud doivent trouver à s’exprimer librement dans un espace politique ouvert. Le respect des libertés fondamentales pour les journalistes et pour tous les citoyens et citoyennes est indispensable.

Le renforcement de la confiance doit être le maitre-mot de la phase de transition. Seul le respect des engagements pris dans le cadre de l’accord peut rebâtir une cohésion nationale meurtrie par des années de conflit. La confiance doit se retisser au niveau des dirigeants, mais aussi au niveau des communautés locales. Je salue à cet égard le travail mené par la MINUSS pour prévenir les conflits locaux et pour œuvrer à la réconciliation intercommunautaire.

La France encourage l’IGAD, l’Union africaine et les principaux partenaires du Soudan du Sud à rester pleinement mobilisés durant cette phase de transition. Les phases de transition, on le sait, sont des phases de fragilité. Les parties auront certainement besoin de l’attention continue et forte de la communauté internationale pour ne pas dévier du chemin tracé par l’accord de paix. Je voudrais à cet égard saluer le rôle déterminant joué par la communauté Sant’Egidio dans le rapprochement entre les groupes armés non-signataires et le gouvernement.

Monsieur le Président,

Il est temps que les Sud-Soudanais et les Sud-Soudanaises ressentent enfin les dividendes de la paix. Nous le savons, la situation humanitaire reste dramatique, et les besoins ne diminuent guère. Toutes les parties doivent garantir un accès humanitaire sûr et sans entrave à l’ensemble des personnes ayant besoin d’assistance humanitaire, ce qui implique , bien sûr, de protéger le personnel humanitaire et médical ainsi que les infrastructures civiles. L’exposé de Madame Betty Sunday souligne à nouveau à quel point il est crucial de poursuivre la lutte contre les violences sexuelles et de protéger les enfants des graves violations qu’ils subissent. La mise en place de la cour hybride, prévue par l’accord, et avec l’appui de l’Union africaine, doit permettre de lutter contre l’impunité et contribuerait à réduire l’ampleur de ces violences.

Nous nous apprêtons à renouveler le mandat de la MINUSS alors que des progrès encourageants viennent d’être réalisés, mais que la situation reste fragile et incertaine. Nous pensons donc qu’il est raisonnable de conserver identiques le format et le mandat de la mission pour cette année. Nous pourrions, l’an prochain, si le processus de paix continue de progresser, revoir ce mandat pour l’adapter au contexte nouveau et pour accompagner au mieux la phase de consolidation de la paix.

La France soutient pleinement les efforts entrepris pour accroitre la mobilité de la MINUSS, et lui permettre ainsi de remplir au mieux son mandat de protection des civils. Il est à cet égard essentiel que la mission puisse se déplacer librement sur l’ensemble du territoire du Soudan du Sud. Ma délégation encourage également la mission à poursuivre ses activités de renforcement de la justice sud-soudanaise, notamment à travers les cours de justice mobiles.

Je voudrais enfin exprimer toute la gratitude de mon pays aux casques bleus, aux policiers et aux civils déployés dans la MINUSS, mais aussi à tous les acteurs humanitaires présents au Soudan du Sud : ils apportent, dans des conditions difficiles, un soutien vital à la population sud-soudanaise.

Je vous remercie.

Dernière modification : 09/03/2020

Haut de page