Consolider la dynamique positive en Irak [en]

Irak
Intervention de Mme Anne Gueguen, représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations unies, Chargée d’Affaires a.i.
Conseil de sécurité - 28 août 2019

Madame la Présidente,

Je tiens moi aussi à remercier la Représentante spéciale, Mme Jeanine Hennis-Plasschaert, pour son intervention éclairante qui a permis de faire un point complet sur l’évolution de la situation en Irak, ainsi que sur le travail de l’ensemble des équipes de la MANUI que je salue particulièrement.

Madame la Présidente,

1/ Je souhaite souligner d’abord l’importance de travailler à la consolidation de la dynamique positive qui est à l’œuvre en Irak. C’est l’un des enseignements majeurs de la visite de ce Conseil à la fin du mois de juin à Bagdad.

La poursuite des efforts déployés par les autorités irakiennes pour ouvrir une nouvelle page de l’histoire de leur pays doit être saluée et encouragée, et c’est pourquoi, dans la continuité des élections, qui ont permis l’approfondissement du processus démocratique en Irak, la nomination à trois des quatre portefeuilles ministériels du gouvernement fédéral qui restaient vacants, est une étape positive supplémentaire. Nous saluons également les dernières nominations à la tête du Gouvernement régional du Kurdistan (GRK).

L’adoption par le Premier ministre irakien du décret 237, qui vise à renforcer le contrôle de l’Etat sur les unités de mobilisation populaire participe également de cette dynamique de stabilisation. Les mesures de ce décret doivent désormais être mises en œuvre pour pouvoir produire leurs effets.

Cette dynamique positive sur le plan politique doit se poursuivre afin de répondre aux attentes de la population irakienne, notamment en termes de services publics et pour améliorer le climat des investissements, ceci dans le cadre d’un Irak uni, fédéral et démocratique, et respectueux de l’ensemble de ses composantes. A ce titre, nous encourageons Bagdad et Erbil à poursuivre leurs discussions en vue de régler de manière durable les points de désaccord encore en suspens.

Madame la Présidente,

2/ La consolidation des acquis est essentielle à l’heure où l’Irak est à la croisée des chemins, ce qui implique d’être vigilant et actif sur au moins quatre points, qui sont autant de défis pour lesquels l’Irak doit agir, mais doit aussi pouvoir compter sur notre aide.

Je pense en premier lieu au défi que représentent les tensions régionales actuelles pour la stabilité de l’Irak. La priorité donc doit aller à la désescalade par le dialogue. Tout doit être fait pour que l’Irak ne redevienne pas l’un des théâtres d’un affrontement régional plus vaste, au risque de remettre en cause tous les progrès réalisés au cours des derniers mois. La France apporte à cet égard son plein soutien aux efforts des autorités irakiennes en vue de faciliter un dialogue régional et de conforter une diplomatie équilibrée. La France rappelle son attachement au respect de la souveraineté et de l’intégrité du territoire irakien.

Je pense en second lieu à la menace que Daech continue de faire peser sur la stabilité de l’Irak, à l’heure où il se réorganise par le biais de cellules clandestines. Il y a en particulier urgence à parvenir à des accords sécuritaires et de gouvernance dans les territoires disputés, où le groupe terroriste tire profit du vide politico-sécuritaire pour se reconstituer.

Troisièmement, la stabilisation et la reconstruction du pays, tout comme une véritable réconciliation nationale, restent essentielles à la stabilisation du pays sur le long terme. La France salue à cet égard la signature d’un accord entre le gouvernement irakien et les Nations unies sur la mise en place d’un fond pour canaliser les contributions à la reconstruction de l’Irak annoncées à la conférence de Koweït de février 2018 et nous appelons les autorités irakiennes et tous nos partenaires à mettre en œuvre les engagements qu’ils ont pris lors de cette conférence. Le processus de reconstruction a marqué le pas en 2019 : nous devons travailler à relancer cette dynamique.

Enfin, une attention particulière doit être portée aux zones libérées de Daech, mais également aux conditions nécessaires pour permettre le retour volontaire, sûr et digne des déplacés internes dans leur localité d’origine. Ce processus en faveur de la stabilisation et de la reconstruction dirigé par les Irakiens pour les Irakiens est essentiel pour assurer une victoire durable contre le terrorisme et pour favoriser la réconciliation entre les différentes composantes de la population irakienne. Je me réjouis enfin de l’attention que le gouvernement irakien souhaite apporter à la lutte contre la corruption et l’invite à redoubler d’efforts en ce sens.

Madame la Présidente,

3/ Les partenaires internationaux doivent plus que jamais se tenir aux côtés des autorités irakiennes dans ce contexte.

L’appui unanime du Conseil de sécurité aux autorités irakiennes est clef pour accompagner l’Irak à ce moment charnière. La première visite de ce Conseil en Irak en juin a posé un jalon important en ce sens, et au-delà, la communauté internationale doit maintenir son appui, notamment pour répondre aux besoins humanitaires, de stabilisation et de reconstruction du pays.

Je souhaite également renouveler le soutien de la France au travail de la MANUI et de sa Représentante spéciale en appui aux autorités irakiennes, en particulier son action en faveur de la participation active des femmes dans la sphère publique, en matière de droits de l’Homme et pour favoriser les discussions entre Bagdad et Erbil. Nous souscrivons pleinement aux priorités que la Représentante spéciale a fixées. L’ouverture du bureau de Mosul annoncées pour le mois prochain est également une bonne nouvelle.

Pour sa part, et je conclurai là-dessus, la France continuera d’apporter son plein soutien aux autorités irakiennes : (i) d’abord dans le domaine sécuritaire, face à la menace constituée par Daech ; (ii) ensuite dans le domaine humanitaire et de la stabilisation, et c’est le sens du prêt de un milliard d’euros en faveur de la reconstruction et de nos actions en faveur du renforcement des institutions étatiques irakiennes ; (iii) ensuite, la France continuera d’agir en faveur d’une réconciliation durable et inclusive. La lutte contre l’impunité en constitue un facteur essentiel et c’est le sens de notre appui à UNITAD, dont le mandat sera renouvelé en septembre ; il est également important de faire la lumière sur le sort des personnes disparues, y compris pendant la guerre du Golfe, conformément à la résolution 2107. Enfin, je souhaite rappeler que la France organisera cet automne une nouvelle conférence de suivi du Plan d’action de Paris sur les victimes de violences ethniques et religieuses au Moyen-Orient, qui s’était tenue en 2015.

Je vous remercie.

Dernière modification : 09/09/2019

Haut de page