#UNGAMotivation : prêts pour l’Assemblée générale ! [en]

Elise Servat

Elise est attachée élections depuis deux ans à @FranceONU. A à peine 26 ans, elle a déjà un portefeuille très divers, puisqu’elle traite tout aussi bien des questions des réformes, ressources humaines, francophonie, des élections à l’ONU et elle négocie en 5ème Commission.

« En tant que chargée des élections, je suis quotidiennement au contact des autres Missions à l’ONU. C’est un aspect de mon travail que j’aime particulièrement.

L’Assemblée générale, pour moi, c’est surtout dépendant des élections que l’on a au cours de l’année. L’an dernier, Mme Azoulay était candidate au poste à l’UNESCO, on avait réussi à profiter de la semaine de haut-niveau et de sa présence ici pour rencontrer les délégations sur cette candidature, jusqu’à son élection.

Sur la Francophonie, l’Assemblée générale c’est aussi le moment de se rappeler que la francophonie a une présence et une place particulière à l’ONU. C’est vraiment l’occasion de promouvoir la francophonie largement.

JPEG

Jean-Baptiste Gibily

Jean-Baptiste est chef du service des systèmes d’information à @FranceONU depuis un an. Il encadre l’équipe garante de la sécurité et de la pérennité de l’ensemble des communications de la Mission.

« Cette année, pour l’Assemblée générale, le mot d’ordre, c’est de prévenir. Nous avons passé l’année à se préparer à cet événement, en plus de l’activité quotidienne du service. Nos défis principaux sont d’anticiper, comprendre, et apporter des solutions aux besoins de la diplomatie.

En arrivant ici, j’ai découvert la nécessité de la réactivité immédiate. Il faut être présent tout le temps, sur tous les fronts. Or, nos deux préoccupations principales sont de faire en sorte que tout fonctionne, malgré les aléas des outils, tout en gardant à l’esprit la préoccupation sécuritaire. Notre travail est donc de trouver le meilleur équilibre possible entre ces deux missions prioritaires, dans un délai toujours très court.

Au sein du service informatique, nous avons aussi un rôle social ! Avec une équipe de 80 personnes qui compte sur nous H24, on ne peut pas se permettre de lâcher. Il faut trouver des solutions immédiates, adaptées, pour que tout le monde puisse travailler de manière fluide. J’aime aussi travailler sur l’humain et faire en sorte que l’on puisse s’épanouir avec ses qualités et ses talents."

PNG

Kim Le Pape

Kim Le Pape est en Master Sécurité Internationale à Sciences Po, et elle réalise son stage de fin d’études à @FranceONU au service de presse et de communication.

« J’ai toujours été très intéressée par la diplomatie et les affaires internationales, j’avais récemment fait un stage à l’Ambassade de France en Thaïlande, mais je voulais voir comment cela se passait dans un cadre multilatéral. La France ayant une place privilégiée à l’ONU, ça ne pouvait qu’être intéressant.

Ici, avec la préparation de l’Assemblée générale, je peux acquérir des compétences organisationnelles, être davantage multitâche. Mes missions consisteront à escorter les journalistes dans l’enceinte de l’ONU très rapidement, tout en publiant sur les réseaux sociaux sur ce qu’il se passe en direct. Et bien sûr, pouvoir voir de l’intérieur comme se déroule une « AGNU », l’un des plus importants rendez-vous internationaux ! C’est assez intimidant à première vue, mais je suis déterminée à contribuer à cette Assemblée générale et pouvoir me dire dans quelques années, en regardant en arrière : « L’Assemblée générale des Nations unies, j’y étais, j’y ai contribué ». Et en direct, sans filtre.

JPEG

Samuel Gourgon

Samuel travaille à France ONU depuis un an, en tant qu’expert du Conseil de sécurité, sur les questions africaines. Il était auparavant en poste au Mali.

« Ma motivation pour l’Assemblée générale ? Ce sera principalement la réunion de haut niveau sur la République centrafricaine qui aura lieu le 27 septembre, avec le Président de la République centrafricaine, le Secrétaire général, le Président de la Commission de l’Union africaine, notre Ministre des Affaires étrangères, et bien d’autres. L’idée, c’est de centrer cet événement sur le processus de paix en RCA, pour réfléchir à des mesures concrètes qui permettront de parvenir à un accord politique.

Notre intérêt, c’est surtout de pouvoir mettre en lumière ce qu’il se passe en RCA et de maintenir l’attention de la communauté internationale sur ce pays situé au cœur de l’Afrique. La RCA a malheureusement connu de nombreuses crises, et nous devons absolument éviter que la crise centrafricaine ne se banalise au fil du temps aux yeux de la communauté internationale.

L’Assemblée générale pour moi, ce sera aussi l’occasion de retrouver mes anciens collègues du Mali !

JPEG

Marie-Laure Charrier

Marie-Laure défend les droits de l’Homme à @franceonu. Pour cette nouvelle Assemblée générale, elle souhaite rassembler autour d’un projet collectif, au service des libertés fondamentales. #UNGAMotivation

« Je couvre les droits de l’Homme et la protection des civils à France ONU depuis 3 ans. J’interviens sur les dossiers à l’ordre du jour du Conseil de sécurité, car chaque crise a une composante droits de l’Homme. A l’Assemblée générale, je défends les positions de la France et ses priorités pour que les résolutions adoptées renforcent les obligations juridiques des Etats en matière de droits de l’Homme.

Cette année marque un rendez-vous historique essentiel pour moi : c’est le 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Cette déclaration, c’est la colonne vertébrale de tous les textes protecteurs des droits de l’Homme qui ont suivi. Il y a 70 ans, après une déflagration mondiale qui a conduit à des atrocités, des crimes de masses, à l’holocauste, les Nations ont réussi à tomber d’accord sur ce texte fondamental. C’est un tour de force ! Aujourd’hui, pour être digne de cet héritage, nous devons défendre cet acquis et le faire évoluer selon les défis du temps présent : ceux du monde numérique, de la lutte contre le terrorisme, de l’environnement, des migrations, de la lutte contre le racisme et les discriminations de genre et d’orientation sexuelle, etc.

Ce 70ème anniversaire devrait être rassembleur. Il montrera que le respect des droits de l’Homme joue un rôle préventif, et permet de contribuer à des sociétés civiles apaisées, plus confiantes dans leurs institutions. »

JPEG

Dernière modification : 01/11/2018

Haut de page