Situation en Crimée : nous appelons la Russie à respecter ses engagements internationaux

Situation en Crimée - Débat sur le point à l’ordre du jour relatif aux territoires ukrainiens temporairement occupés
Intervention de M. François Delattre, représentant permanent de la France auprès des Nations unies
Assemblée générale – 20 février 2019

Madame la présidente,

La France se joint à l’intervention prononcée par le représentant de la délégation de l’Union européenne.

Cinq ans se sont déjà écoulés depuis l’annexion illégale de la République autonome de Crimée et de la ville de Sébastopol par la Russie. En dépit des garanties qu’elle a données en matière de respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine dans ses frontières internationalement reconnues lors de la signature du mémorandum de Budapest, la Russie a violé de manière flagrante les principes et les objectifs de l’Organisation des Nations unies depuis 2014.

Cette situation est source de tensions extrêmement préoccupantes, notamment dans le détroit de Kertch, en mer Noire et en mer d’Azov. Je citerai, entre autres, l’usage inacceptable de la force militaire, la détention de 24 marins ukrainiens et les inspections excessives exercées par les garde-côtes russes en mer d’Azov ainsi que dans le détroit de Kertch depuis le printemps dernier. A la suite du grave incident naval survenu le 25 novembre dernier, il est plus que jamais nécessaire que les navires commerciaux comme militaires bénéficient d’un passage sûr, libre et sans entraves conformément au droit international. Nous appelons une fois de plus à la libération immédiate et sans condition de tous les marins ukrainiens.

Au-delà de la dégradation de la situation sécuritaire, l’annexion illégale de la Crimée a conduit à des violations graves et répétées des droits de l’Homme et des libertés fondamentales des personnes résidant sur ce territoire : exécutions extrajudiciaires, détentions arbitraires, enlèvements, disparitions forcées, discriminations, pour n’en citer que quelques-unes. Nous appelons la Russie à mettre un terme à cette politique visant manifestement à terroriser celles et ceux qui osent dénoncer haut et fort l’annexion de la Crimée.

Parallèlement à nos efforts dans le cadre du format Normandie, dédié à la situation à l’Est de l’Ukraine, nous appelons une fois de plus la Russie à respecter ses obligations et ses engagements internationaux ainsi que la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine dans ses frontières internationalement reconnues.

Je vous remercie

Dernière modification : 20/02/2019

Haut de page