Yémen : l’adoption de la résolution 2451 préserve la dynamique de Stokholm [en]

Adoption de résolution sur le Yémen
Explication de vote de M. François Delattre, représentant permanent de la France auprès des Nations unies
Conseil de sécurité - 21 décembre 2018

Monsieur le Président,

Je souhaiterais commencer par une remarque amicale, mais importante, de procédure. Le multilinguisme est une valeur fondamentale de l’Organisation, l’adoption de ce texte en une seule langue est liée à des circonstances exceptionnelles et ne saurait constituer un précédent.

Cette remarque étant faite, la France salue l’adoption à l’unanimité de la résolution 2451 sur le Yémen. Cette résolution est un fort signal d’unité et d’engagement du Conseil de sécurité, qui met ainsi, comme nous le souhaitions, tout son poids derrière les efforts conduits par l’ONU au Yémen. Je souhaite saluer plus particulièrement le travail et l’engagement de la plume britannique, qui a su rassembler les membres du Conseil au terme de négociations difficiles.

Cette résolution marque l’unité du Conseil et de la communauté internationale en soutien au lancement d’un processus politique de sortie de crise, ainsi qu’à l’action humanitaire et politique des Nations Unies. Trois points ressortent de cette résolution.

- Elle permet d’abord d’endosser les résultats des pourparlers de Stockholm, dont nous remercions à nouveau la Suède, et l’accord trouvé sur les trois points majeurs : échange de prisonniers ; retrait des forces armées du port et de la ville d’Hodeïda et cessez-le-feu dans toute la province ; mise en place d’un mécanisme en vue d’une désescalade à Taëz.

- Cette résolution donne ensuite la base nécessaire aux Nations Unies pour agir rapidement afin d’aider à la mise en œuvre des accords sur Hodeida, en permettant le déploiement rapide de la mission de surveillance et de contrôle des Nations Unies. C’est un point crucial.

- Enfin, cette résolution mentionne les points essentiels des demandes humanitaires formulées par Mark Lowcock, auxquelles ce Conseil se devait de répondre, en maintenant le cap politique pour que les parties restent engagées lors des prochaines étapes avec Martin Griffiths.

L’adoption rapide de ce texte, pour laquelle la plume a œuvré sans relâche ces derniers jours avec notre plein soutien, était essentielle pour préserver et entretenir la dynamique positive de Stockholm et permettre la mise en œuvre immédiate des arrangements conclus.

Nous restons lucides : beaucoup reste à faire, la situation humanitaire est toujours désastreuse, et ce Conseil devra poursuivre sa mobilisation pour y répondre de manière plus complète et pour aider la population yéménite à se relever d’un conflit tragique. Les responsables des violations les plus graves du droit international humanitaire et des droits de l’Homme devront, dans ce cadre, rendre des comptes.

Le Conseil devra également rester mobilisé en soutien à la médiation du Représentant spécial dont je veux une nouvelle fois saluer les efforts et les premiers résultats. Le maintien de notre engagement et de notre unité sera décisif en vue des discussions prévues en janvier sur le cadre et la solution politique. Soyez assurés de la détermination de la France en ce sens.

Je vous remercie.

Dernière modification : 21/12/2018

Haut de page