Yémen : mettre définitivement un terme au conflit [en]

YÉMEN

INTERVENTION DE M. NICOLAS DE RIVIÈRE, REPRÉSENTANT PERMANENT DE LA FRANCE AUX NATIONS UNIES

CONSEIL DE SÉCURITÉ

New York, le 28 juillet 2020

Merci monsieur le president.

Je tiens à remercier Martin Griffiths, Mark Lowcock Mme Wafa`a Alsaidy et Raja Abdullah Ahmed Almasabi pour leurs interventions.

Il est essentiel que les acteurs humanitaires et les ONG de terrain puissent exposer leur vue de la situation devant ce Conseil.

Il devient sans cesse plus urgent de trouver une solution politique permettant de mettre définitivement un terme au conflit yéménite.

Nous réitérons une nouvelle fois notre plein et entier soutien au Secrétaire général et à l’Envoyé spécial pour leurs efforts en ce sens et appelons toutes les parties, notamment les parties yéménites, à endosser le projet d’accord proposé par Martin Griffiths.

Nous sommes encouragés par le maintien d’un cessez-le-feu entre le gouvernement du Yémen et le Conseil de Transition du Sud. Nous rappelons qu’il faut mettre en œuvre sans délais et dans son intégralité l’accord de Riyad. Nous saluons le rôle joué par l’Arabie Saoudite à cet égard. Seul un cessez-le-feu à l’échelle nationale, conformément à la résolution 2532 et à l’appel du Secrétaire Général des Nations Unies, permettra de lutter efficacement contre la pandémie de COVID-19.

La hausse des attaques contre les civils est préoccupante. Nous ne le répéterons jamais assez ; toutes les parties sont tenues de respecter leurs obligations dans le cadre du droit international humanitaire. La protection des civils, y compris des personnels humanitaires et médicaux, ainsi que des infrastructures civiles, doit être une priorité absolue.

Tout doit être également fait pour garantir un accès humanitaire complet. C’est indispensable pour contrer la propagation de la pandémie de COVID-19, dans un contexte où le taux de mortalité du COVID-19 au Yémen est le plus élevé au monde.

S’agissant du pétrolier Safer, nous regrettons l’absence de progrès depuis la réunion de la mi-juillet. Nous appelons les Houthis à tenir les engagements qu’ils ont pris au début du mois de juillet et à autoriser sans délai l’accès des Nations Unies au pétrolier. Une fuite de pétrole aurait des conséquences catastrophiques d’un point de vue environnemental, humanitaire et économique pour toute la région. Il est donc urgent d’agir.

La France continuera donc d’appuyer les efforts déployés par l’ONU pour trouver une solution politique et ramener la paix et la sécurité au Yémen et, plus largement, permettre une désescalade à l’échelle régionale.

Je vous remercie.

Dernière modification : 28/07/2020

Haut de page