Yémen : redoubler d’efforts face à la situation humanitaire catastrophique [en]

Yémen
Intervention de M. Nicolas de Rivière, représentant permanent de la France auprès des Nations unies
Conseil de sécurité - 16 septembre 2019

Merci Monsieur le Président,

Nous condamnons les attaques menées samedi contre les installations pétrolières d’Abqaiq et de Khurais.

De telles actions ne peuvent qu’aggraver les tensions et les risques de conflit dans la région et mettent à mal les efforts politiques pour sortir de la crise. Elles doivent impérativement cesser.
Je tiens à remercier l’Envoyé spécial du Secrétaire général, et le Secrétaire général adjoint pour les affaires humanitaires, pour leurs exposés

1/ Face à une situation humanitaire catastrophique, nous devons en effet redoubler d’efforts.
L’intensification des combats continue d’avoir un coût élevé pour la population, dans tous les gouvernorats du Yémen. Toutes les parties doivent garantir le respect du droit international humanitaire. Je tiens ici à rappeler deux priorités absolues :
i) d’une part, la protection des civils, y compris des personnels humanitaires et des personnels médicaux ;
ii) d’autre part, la garantie d’un accès humanitaire immédiat, sûr et sans entraves. 4,5 millions de personnes ne peuvent bénéficier de l’aide en raison des restrictions imposées par les parties au conflit. Les nouvelles contraintes imposées par les Houthis aux chaînes d’approvisionnement de l’aide alimentaire pourraient aggraver la situation.

Alors que plus de 80% de la population yéménite est dépendante de l’aide humanitaire, il faut à tout prix éviter qu’elle diminue. Le Programme alimentaire mondial, a besoin de 663 millions de dollars pour les six prochains mois, dont deux tiers avant la fin de l’année. Nous soutenons l’appel du Secrétaire général adjoint pour les affaires humanitaires à verser le plus rapidement possible les contributions annoncées, voire de nouvelles contributions, au plan de réponse humanitaire des Nations unies. Nous saluons les Etats qui ont fait part de leur intention de répondre à cet appel.

La lutte contre l’impunité est un impératif, y compris pour atteindre une paix durable. La France appelle les parties à mener des enquêtes transparentes, indépendantes, impartiales et crédibles, et à coopérer avec les mécanismes internationaux. La France prend note des conclusions du rapport du Groupe d’experts éminents. Il est important que le groupe de travail sur les enfants dans les conflits armés puisse adopter des conclusions.

2/ Monsieur le président, seule une solution politique permettra de mettre durablement un terme à la crise au Yémen et aux souffrances de la population yéménite. Il devient chaque jour plus urgent de trouver cette solution et les récentes tensions dans le sud du pays renforcent ce constat.

Il faut donc que les discussions en vue d’un accord politique global reprennent sans délais, sans préconditions et sur une base plus inclusive. Les parties à l’accord de Stockholm doivent poursuivre leurs efforts en vue de sa mise en œuvre. Les avancées attendues à Hodeïda ne doivent pas constituer un prérequis pour la reprise de discussions en vue de cette solution politique globale. Nous ne pouvons plus attendre.

La France encourage les parties en ce sens et réitère son soutien aux efforts de l’Envoyé spécial.

Elle est également engagée pour passer des messages en faveur de la désescalade. Un engagement des parties au conflit à abaisser le niveau de tensions serait un premier pas en faveur d’une reprise des discussions pour une solution politique. A cet égard, le retrait partiel des forces émiriennes sur le terrain va dans le bon sens.

Je vous remercie Monsieur le Président.

Dernière modification : 16/09/2019

Haut de page