"Au Sahel, la France continuera à apporter son appui aux pays de la région" [en]

LA SECURITE COLLECTIVE PAR UN PARTAGE EQUITABLE DES EFFORTS : RENFORCER LES ARRANGEMENTS REGIONAUX POUR LE MAINTIEN DE LA PAIX ET DE LA SECURITE INTERNATIONALES

INTERVENTION DE DIARRA DIME-LABILLE, CONSEILLERE JURIDIQUE DE LA FRANCE AUPRÈS DES NATIONS UNIES

REUNION DU CONSEIL DE SECURITE EN FORMAT ARRIA

New York, le 27 juillet 2022

Monsieur le Président,

La France remercie le Ghana pour l’organisation de cet échange. Je remercie l’ensemble des intervenants pour leurs présentations. Je félicite le Commissaire Abdel-Fatau Musah pour sa nomination récente.

Monsieur le Président, j’insisterai sur trois points.

La France mobilise l’ensemble de ses instruments pour appuyer les efforts de nos partenaires africains.

Cet engagement passe d’abord par la lutte contre la menace terroriste. Au Sahel, la France continuera à apporter son appui aux pays de la région qui en font la demande. Notre action s’inscrira dans une approche rénovée, avec nos partenaires européens et africains.

Nous continuerons, à titre national et avec l’Union européenne, d’appuyer la montée en puissance de forces armées capables d’assurer la sécurité sur leur territoire, respectueuses de l’ordre constitutionnel et des droits de l’Homme. C’est un impératif pour éviter que les pays les plus vulnérables soient à la merci de mercenaires qui pilleront ses ressources, comme le groupe Wagner dont nous observons déjà les méfaits et ravages au Mali et en République centrafricaine.

Deuxièmement, un soutien international plus important est nécessaire pour appuyer les initiatives africaines et celle de l’Union Africaine en particulier. Je veux saluer la participation du docteur Kaberuka, dont le rapport sur le financement des opérations africaines constitue une référence.

La situation actuelle n’est pas satisfaisante. Les initiatives qui sont portées à travers le continent souffrent d’un financement trop incertain et insuffisamment diversifié. Il repose essentiellement sur un partenaire : l’Union européenne. L’Union est le premier partenaire de sécurité de l’Afrique et a réitéré son engagement lors de son sommet co-organisé avec l’Union africaine en février. Il faudrait beaucoup plus de ressources et des financements prévisibles et stables.

La France réitère son soutien au financement des opérations africaines de paix sur contributions obligatoires des Nations Unies. Nous sommes prêts à reprendre cette discussion au Conseil de sécurité dès que les conditions seront réunies. Nous encourageons les membres du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine à acter rapidement une position commune sur les aspects opérationnels et financiers de ce modèle. Nous appelons aussi au renforcement des processus d’évaluation et de redevabilité pour les opérations existantes.

Enfin, et troisièmement, la mobilisation internationale doit prendre en compte les causes profondes de l’insécurité.

Le succès des partenariats repose sur la bonne gouvernance. Nous encourageons les autorités nationales et les instances régionales à renforcer la participation des femmes à la vie publique et aux processus de paix.

Nous devons mieux reconnaître le lien entre les effets du changement climatique et l’insécurité, qui accentuent les besoins humanitaires et l’insécurité alimentaire. Financer l’atténuation du changement climatique et l’adaptation à ses effets contribue à prévenir les conflits et s’inscrit dans une perspective de développement durable. Ces financements sont complémentaires des financements humanitaires et d’intervention d’urgence.

Pour surmonter ces défis, Monsieur le président, l’ensemble des instruments des Nations Unies doivent être mobilisés. Je pense bien sûr aux opérations de paix mais aussi au Fonds de consolidation de la paix, aux bureaux régionaux des Nations Unies, à l’ONUDC et au Bureau de lutte contre le terrorisme. Ces efforts doivent être coordonnés avec des efforts nationaux et régionaux et nous encourageons nos partenaires africains, et en particulier l’Union Africaine, à coopérer en ce sens avec les Nations Unies

Je vous remercie./.

Dernière modification : 28/07/2022

Haut de page