"Depuis plus de deux mois, l’armée russe tue des civils, y compris des enfants" [en]

UKRAINE

INTERVENTION DE M. NICOLAS DE RIVIERE,
REPRÉSENTANT PERMANENT DE LA FRANCE AUPRÈS DES NATIONS UNIES

AU CONSEIL DE SECURITE

New York, le 5 mai 2022

Madame la Présidente,

Je remercie le Secrétaire général, ainsi que Mme Bachelet, M. Griffiths et Mme Luzan pour leurs présentations. Permettez-moi de saluer le travail remarquable des agences des Nations unies et des acteurs humanitaires.

Nous venons de l’entendre, votre visite à Moscou et à Kiev, Monsieur le Secrétaire général, a permis l’évacuation de centaines de civils. Soyez-en remercié. Mais combien sont encore là-bas, terrés dans les tunnels de l’aciérie d’Azovstal, bloqués dans les recoins de Marioupol, pilonnés par l’armée russe ? Il est essentiel que l’évacuation des civils se poursuive en toute sécurité et sur la base du volontariat, en laissant le choix aux personnes évacuées de leur destination. La France condamne la reprise de l’offensive par la Russie et le maintien du siège de la ville au mépris du droit international humanitaire.

Elle condamne également les frappes indiscriminées qui ont touché Kiev lors de votre visite, Monsieur le Secrétaire général. Celles-ci traduisent la piètre estime dans laquelle la Russie tient les Nations unies, elle qui ne cesse de piétiner la Charte et ses principes fondateurs depuis le début de cette guerre.

Madame la Présidente,

Depuis plus de deux mois, l’armée russe tue des civils, y compris des enfants, des personnels humanitaires et des journalistes. Plus d’un quart de la population ukrainienne a été forcé de fuir et ce chiffre ne cesse d’augmenter. Les civils ne trouvent plus de répit ni dans les écoles, ni dans les hôpitaux. La Russie bombarde de manière indiscriminée, frappe les infrastructures d’accès à l’eau et pose des mines dans les champs dans le but de priver la population ukrainienne des biens nécessaires à sa survie.

La priorité est à la cessation immédiate des hostilités et au plein respect du droit international humanitaire et des droits de l’Homme. L’accès doit être de toute urgence garanti, à Marioupol et dans toutes les villes assiégées, alors que plus de 15 millions de personnes ont besoin d’aide.

La France continuera à prendre toute sa part. Elle a acheminé plus de 815 tonnes d’aide en réponse à la crise. Et plus de 22 000 tonnes d’aide d’urgence ont été livrées par l’Union européenne. Notre soutien global va s’accroître et atteindre 2 milliards de dollars comme l’a annoncé ce jour le Président Emmanuel Macron lors de la conférence des donateurs organisée par la Pologne et par la Suède.

Au-delà de l’Ukraine, le monde entier est affecté par cette guerre qui risque de faire basculer un cinquième de la population mondiale dans la pauvreté et l’insécurité alimentaire. La Russie doit lever le blocus des ports ukrainiens en Mer noire afin de permettre l’exportation des denrées alimentaires.

Madame la Présidente,

Je le dis avec fermeté : les criminels de guerre seront traduits en justice. La France soutient le déploiement rapide de mécanismes de reddition de comptes. Elle continuera à être résolument engagée aux côtés des Ukrainiens et des juridictions et mécanismes internationaux, notamment la Cour pénale internationale.

Enfin, je tiens à répéter que la France continuera de se tenir résolument aux côtés de l’Ukraine et de son peuple, auquel je souhaite ici rendre hommage, pour son courage et sa résistance acharnée.

Je vous remercie./.

Dernière modification : 05/05/2022

Haut de page