Ukraine : "Nous appelons la Russie à revenir sur la décision de reconnaissance des entités séparatistes" [en]

ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES

SITUATION DANS LES TERRITOIRES TEMPORAIREMENT OCCUPES D’UKRAINE
INTERVENTION DE M. NICOLAS DE RIVIERE
REPRESENTANT PERMANENT DE LA FRANCE AUPRES DES NATIONS UNIES

New York, le 23 février 2022

Monsieur le Président,

La France condamne fermement la reconnaissance unilatérale par la Russie de l’indépendance des régions séparatistes de l’Est de l’Ukraine. Elle condamne aussi la décision de déployer l’armée russe dans ces territoires.

Il s’agit d’une violation du droit international. Il s’agit d’une violation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine incompatible avec la Charte des Nations Unies, comme le Secrétaire général l’a déclaré. Il s’agit d’un renoncement unilatéral de la Russie aux accords de Minsk, qu’elle avait pourtant signés et qui sont endossés par la résolution 2202 du Conseil de sécurité. Il s’agit également d’une violation claire des principes fondamentaux de l’OSCE, consacrés dans l’Acte Final d’Helsinki et la Charte de Paris et sur lesquels repose la stabilité en Europe. Il s’agit enfin d’une remise en cause des engagements pris par le Président Poutine au cours des derniers jours.

La France est gravement préoccupée par la remise en cause de la légitimité de l’existence même de l’État ukrainien par les plus hautes autorités de l’État russe.

La Russie a choisi la voie de la déstabilisation et de la confrontation, en dépit des efforts incessants en faveur de la désescalade au cours des dernières semaines et des derniers jours, notamment de la part du président Macron en lien avec le Chancelier Scholz.

Nous appelons la Russie à revenir sur la décision de reconnaissance des entités séparatistes et à retirer ses forces de l’ensemble du territoire de l’Ukraine dans ses frontières internationalement reconnues.

D’ici là, la France et ses partenaires de l’Union européenne prennent les mesures qui s’imposent notamment contre les banques qui financent les opérations militaires russes dans ces territoires et pour prévenir le commerce avec les entités séparatistes.
Dans le contexte des tensions élevées aux frontières de l’Ukraine provoquées par le renforcement de l’activité militaire russe et la multiplication des violations du cessez-le-feu le long de la ligne de contact ces derniers jours, cette nouvelle étape de déstabilisation de la part de la Russie fait peser une grave menace sur la sécurité européenne. Nous appelons la Russie à s’abstenir de toutes actions de déstabilisation supplémentaires, notamment celles susceptibles de mettre en danger la sécurité des populations civiles. Nous condamnons l’usage d’armes lourdes et les bombardements indiscriminés de zones civiles, qui constituent là encore des violations claires des accords de Minsk.

La France salue la retenue dont l’Ukraine a fait preuve dans ces circonstances difficiles. Elle exprime toute sa solidarité avec le peuple et le gouvernement ukrainiens.

La France rappelle sa condamnation de l’annexion illégale de la République autonome de Crimée et de la ville de Sébastopol par la Russie en 2014 et notre soutien à la politique de non-reconnaissance de l’Union européenne. Leur annexion est aussi une violation flagrante du droit international et la source principale de violations graves et répétées des droits de l’Homme sur ce territoire. Nous exprimons à nouveau notre préoccupation à ce sujet. Nous condamnons la militarisation de ce territoire par la Russie, qui fait partie de la stratégie de menace russe contre l’Ukraine au cours des dernières semaines. Nous apportons notre soutien aux efforts de la plateforme internationale sur la Crimée.

Monsieur le Président,

Face à la stratégie de déstabilisation et de confrontation choisie par la Russie, nous appelons à une réaction unie de la communauté internationale pour défendre les principes fondamentaux de la Charte des Nations Unies. Nous saluons la forte participation à ce débat et appelons à la poursuite de la mobilisation au sein de cette assemblée.

La France, qui s’aligne sur la déclaration faite plus tôt par l’Union européenne, continuera de se mobiliser, en lien avec tous ses partenaires, en soutien à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine dans ses frontières internationalement reconnues.

Je vous remercie./.

Dernière modification : 23/02/2022

Haut de page