"La France ne reconnaîtra aucun changement aux lignes de 1967 autre que ceux agréés par les parties" [en]

MOYEN-ORIENT
MISE EN OEUVRE DE LA RESOLUTION 2334

INTERVENTION DE M. NICOLAS DE RIVIERE
REPRESENTANT PERMANENT DE LA FRANCE AUPRES DES NATIONS UNIES

AU CONSEIL DE SECURITE

New York, le 27 juin 2022

Monsieur le Président,

Je remercie le Coordonnateur spécial pour son rapport sur la mise en œuvre de la résolution 2334.

La France est préoccupée par les tendances à l’œuvre sur le terrain, qui menacent la viabilité de la solution des deux Etats.

Elle continue de défendre la solution des deux Etats, ayant tous deux Jérusalem pour capitale, telle que définie par les paramètres agréés, les résolutions de ce Conseil et le droit international. En l’absence d’alternatives viables acceptées par les parties, il s’agit de la seule solution juste et durable qui réponde aux aspirations légitimes des deux peuples et assure les intérêts de sécurité d’Israël sur le long terme et la stabilité de la région. La France ne transigera jamais avec la sécurité d’Israël.

Elle condamne l’avancement des plans de colonies qui menacent la viabilité d’un futur Etat palestinien. Elle appelle Israël à mettre un terme aux procédures en cours d’extension ou de création de nouvelles colonies, en particulier les plans visant à étendre la zone E1.

Nous sommes préoccupés par les premières démolitions à Massafer Yatta, en violation de la IVe convention de Genève, nous appelons Israël à suspendre définitivement les évictions de familles palestiniennes et les démolitions. Ces mesures alimentent le désespoir et font le jeu des extrêmes de tout bord.
Ce contexte délétère rend urgente la relance d’un processus politique.

La France accueille favorablement les décisions prises par le gouvernement Bennett pour accroître le nombre de permis de travail pour les Palestiniens, notamment à Gaza. Cependant, plus doit être fait pour améliorer la vie des Palestiniens. Ces opportunités économiques ne pourront ni apporter une réponse à la question du respect du droit international humanitaire et des droits de l’Homme, ni empêcher une escalade similaire à celle de mai 2021 alors que les causes politiques profondes du conflit demeurent. C’est pourquoi la France est déterminée à agir afin de recréer un horizon politique. Elle demeure mobilisée à cette fin, aux côtés de ses partenaires, notamment la Jordanie et l’Egypte.

La France continuera enfin d’apporter son appui aux acteurs humanitaires et à la société civile.

C’est dans ce contexte qu’elle a augmenté à un niveau historique ses contributions à l’UNRWA cette année, pour atteindre 35 millions de dollars.

Elle rappelle ses inquiétudes quant à la dégradation de la situation des droits de l’Homme dans les territoires contrôlés par l’Autorité palestinienne. Nous réaffirmons que justice doit être rendue concernant l’assassinat de Nizar Banat.

La France demande une enquête transparente concernant les circonstances de la mort de la journaliste Shireen Abu Akleh.

Elle continuera de défendre l’espace civique et humanitaire, notamment à travers la poursuite de son soutien aux 6 ONG récemment stigmatisées par les autorités israéliennes.

En parallèle, elle fait écho aux appels des Nations unies pour l’organisation rapide des élections législatives et présidentielle palestiniennes repoussées depuis plus d’un an.

Monsieur le Président,

La France ne reconnaîtra aucun changement aux lignes de 1967 autre que ceux agréés par les parties. Elle rappelle aux Etats membres leurs obligations en matière de différenciation et prend note de la décision de certains Etats membres visant à se mettre en adéquation avec la législation européenne en matière de labélisation.

Je vous remercie./.

Dernière modification : 27/06/2022

Haut de page