La France soutient les processus politiques en Afrique centrale

AFRIQUE CENTRALE / UNOCA

INTERVENTION DE MME SHERAZ GASRI,
COORDINATRICE POLITIQUE
DE LA MISSION PERMANENTE DE LA FRANCE AUPRES DES NATIONS UNIES

AU CONSEIL DE SECURITE

New York, le 8 juin 2022

Merci beaucoup Madame la Présidente,

Je remercie à mon tour les intervenants pour leurs déclarations et leurs contributions écrites.

Je voudrais souligner trois points.

Tout d’abord, notre soutien aux processus politiques en Afrique centrale.

Au Tchad, la France rappelle son attachement à la tenue d’un dialogue inclusif et dans les meilleurs délais. Nous espérons que les discussions en cours à Doha avec les mouvements politico-militaires permettront de confirmer leur participation à un tel dialogue.

Au Cameroun, nous poursuivons nos échanges avec les autorités et nous appuyons les initiatives de médiation et les réformes devant favoriser une résolution politique de la crise des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. La France condamne les attaques contre les populations civiles, contre les écoles, les enseignants et les personnels humanitaires ainsi que l’emploi croissant d’engins explosifs improvisés. Nous saluons les investissements du Fonds de consolidation de la paix pour restaurer la confiance dans ces régions, et appelons à soutenir davantage de telles actions.

Au Burundi, nous saluons le renforcement des liens avec la région et la communauté internationale. Des progrès ont eu lieu en matière de protection des droits de l’Homme. Ces progrès, qui doivent se poursuivre dans la durée, ont conduit l’Union européenne à lever les restrictions financières qui pesaient sur le pays. L’Union européenne continuera d’accompagner le pays dans le cadre de son dialogue politique avec le Burundi.

En deuxième point, les efforts doivent redoubler pour protéger les civils et soutenir la société civile.

Dans le bassin du Lac Tchad, les populations civiles continuent de subir les attaques de l’État islamique et de Boko Haram. Au Cameroun, des groupes armés ont ciblé des personnels des Nations unies et des personnels humanitaires. La France condamne ces attaques, qui obstruent l’acheminement de l’aide humanitaire aux populations. L’accès humanitaire doit être rétabli dans les meilleurs délais et garanti dans la durée.

La France salue la vivacité de la société civile dans la région, dont la Vice-présidente de la COPAX témoigne aujourd’hui. La voix de la société civile doit être entendue, et ses droits doivent être protégés. Nous saluons le réseau de femmes médiatrices qui a été lancé par la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale, de même que le projet « Jeunes, tisserands de la paix » qui va promouvoir le rôle des jeunes dans les régions transfrontalières du Gabon, du Cameroun et du Tchad.

Ce même esprit d’inclusivité doit guider la préparation des prochaines échéances électorales en Angola, en République du Congo, en Guinée équatoriale ou encore à São Tomé-et-Príncipe. Il est essentiel que ces élections se déroulent dans de bonnes conditions et contribuent à la consolidation de la démocratie dans la région.

Enfin, mon dernier point, l’intégration régionale doit se renforcer au service du développement durable de l’Afrique centrale.

La réforme institutionnelle de la Communauté économique des États d’Afrique centrale témoigne de l’approfondissement de la coopération au sein de la région. Nous encourageons les pays de la région à étendre leur coopération aux questions climatiques. Les forêts du bassin du Congo sont de plus en plus menacées, notamment par l’exploitation illégale des ressources naturelles. C’est pourquoi la France et ses partenaires, dont les pays du bassin du Congo, ont créé l’Alliance pour la préservation des forêts tropicales. La région pourra compter sur l’engagement continu de la France pour protéger la biodiversité des aires protégées et développer des chaînes de valeurs durables dans les territoires forestiers.

Madame la Présidente, pour conclure, je souhaite saluer le travail du Représentant spécial François Fall, qui vient d’achever son mandat. Nous appelons à notre tour à la nomination rapide de son successeur qui pourra compter sur le soutien continu de la France.

Je vous remercie./.

Dernière modification : 08/06/2022

Haut de page