"La protection des journalistes est une priorité absolue"

PROTECTION DES JOURNALISTES

INTERVENTION DE MME DIARRA DIME-LABILLE,
CONSEILLERE JURIDIQUE DE LA FRANCE AUPRÈS DES NATIONS UNIES

AU CONSEIL DE SECURITE, REUNION EN FORMAT ARRIA

New York, le 24 mai 2022

Merci beaucoup Madame la Présidente.

Permettez-moi de vous féliciter ainsi que l’Irlande pour l’organisation de cette réunion. Je tenais également à remercier tous les intervenants pour leurs remarques et témoignages éclairants. Nous rendons spécialement hommage au travail remarquable de la Rapporteure spéciale.

Madame la Présidente,

La France exprime sa vive préoccupation face aux restrictions croissantes constatées dans le monde à la liberté de la presse, à l’augmentation des atteintes à la sécurité des journalistes, ainsi qu’à la multiplication des manipulations de l’information, spécialement dans les situations de conflits. Il est consternant que depuis le début de l’année 2022, 28 journalistes et professionnels des médias aient été tués dans l’exercice de leurs fonctions, dont 7 en Ukraine, et que 477 soient actuellement emprisonnés, comme le rapporte Reporters sans frontières.

Nous sommes aussi vivement préoccupés par le harcèlement, les atteintes et les violences qui ciblent les femmes journalistes, tant hors ligne qu’en ligne.

La protection des journalistes est une priorité absolue. Nous réitérons nos préoccupations sur les atteintes à la sécurité des journalistes et professionnels des médias qui couvrent la guerre en Ukraine, mais également face aux restrictions croissantes à la liberté de la presse en Biélorussie et en Russie, en Afghanistan, en Birmanie et au Mali, pour ne citer que ceux-là.

La mort tragique de Shireen Abu Akleh, alors qu’elle couvrait une opération des forces de sécurité israéliennes en Cisjordanie, est par ailleurs profondément choquante.

Madame la Présidente,

Alors que les restrictions et menaces se multiplient, la France réaffirme son engagement constant en faveur de la liberté de la presse, de la liberté d’expression et de la protection des journalistes et de l’accès à une information fiable et de qualité, y compris encore une fois dans les contextes de conflits armés.
Premièrement, nous appelons à la pleine mise en œuvre de la résolution 2222 de 2015 sur la protection des civils dans les conflits, adoptée à l’initiative de la France.

Nous rappelons aussi l’obligation qui incombe aux forces armées de protéger les journalistes conformément au droit international humanitaire. Nous appelons en outre à la mise en œuvre des résolutions de l’Assemblée générale et du Conseil des droits de l’Homme sur la sécurité des journalistes. Nous poursuivrons par ailleurs nos efforts aux côtés de nos partenaires, pour inclure dans les mandats des missions de l’ONU les mécanismes pertinents de protection des droits de l’Homme.

Deuxièmement, la France agit aussi très concrètement pour permettre à des journalistes menacés de poursuivre leur mission. Elle a ainsi évacué et accordé accueil et protection à un grand nombre de journalistes d’Afghanistan menacés à raison de leur activité.

Troisièmement, la France mène des actions concrètes pour garantir l’accès à une information fiable et de qualité. Nous avons ainsi lancé en 2019 le Partenariat information et démocratie, avec Reporters sans frontières, soutenu à ce jour par 45 Etats qui s’engagent maintenant à nos côtés pour défendre un accès libre à une information fiable, notamment à l’ère numérique. Nous appelons tous les Etats à rejoindre ce Partenariat.

Madame la Présidente,

Soyez persuadée que la France poursuivra ses efforts pour garantir la protection des journalistes et la liberté de la presse à travers le monde.

Je vous remercie./

Dernière modification : 25/05/2022

Haut de page