Moyen-Orient : Il reste plus urgent que jamais de relancer un processus de paix [en]

MOYEN-ORIENT

INTERVENTION DE M. NICOLAS DE RIVIERE, REPRESENTANT PERMANENT DE LA FRANCE AUPRES DES NATIONS UNIES

AU CONSEIL DE SECURITE

New York, le 18 novembre 2020

Madame la Présidente,

Je remercie le Coordinateur spécial pour son intervention.

Je souhaite moi aussi adresser mes condoléances aux proches de Saeb Erekat et au peuple palestinien et saluer l’engagement de cet avocat inlassable de la cause palestinienne et de cet ardent défenseur de la paix.

Nous sommes à un moment charnière pour le conflit israélo-palestinien. Il est plus urgent que jamais de relancer une dynamique de paix.

Les paramètres du règlement sont connus : deux Etats, vivant en paix et en sécurité, à l’intérieur de frontières sûres et reconnues sur la base des lignes de 1967, ayant tous deux Jérusalem pour capitale. Ils ont été définis dans le but d’apporter une paix juste et durable dans la région, ils permettent de garantir la sécurité d’Israël et de répondre aux aspirations légitimes des Palestiniens, dans le respect du droit international.

Il appartient aujourd’hui aux parties de définir le cadre de leurs négociations afin de reprendre leurs discussions avec le soutien de la communauté internationale.

La France est prête à oeuvrer à la relance de ce processus en étroite coordination avec tous ses partenaires. Elle appelle à mettre un terme à toute mesure unilatérale remettant en cause la solution des deux États.

Nous sommes préoccupés par la multiplication des projets d’expansion des colonies et par le nombre record de démolitions de structures palestiniennes, y compris financées par l’Union européenne et ses Etats membres. Ces mesures interviennent après la signature des accords de normalisation entre Israël, Bahreïn, les Emirats arabes unis et le Soudan, qui pourraient permettre d’initier une dynamique positive pour le conflit israélo-palestinien.

La France a condamné les nouvelles annonces relatives à la construction de plus de 1 200 unités de logement dans la colonie israélienne de Givat HaMatos, à Jérusalem-Est. L’expansion de cette colonie porte atteinte à la viabilité d’un futur État palestinien, comme l’a rappelé à plusieurs reprises l’Union européenne. Elle a également condamné la démolition le 3 novembre par les autorités israéliennes, du village palestinien de Khirbet Humsa en Cisjordanie.

Nous appelons, une fois de plus, les autorités israéliennes à revenir sur leurs décisions en matière de colonisation ainsi qu’à surseoir à toute démolition, notamment du village de Khan al Ahmar et de l’école de Ras al Tin, conformément à ses obligations de puissance occupante.

La suspension des projets d’annexion doit devenir permanente et ne doit pas être substituée par une annexion par la multiplication de faits accomplis sur le terrain qui serait l’équivalent d’une annexion de fait du territoire palestinien.

La France appelle les parties à créer des conditions propices à la reprise des discussions.

C’est le sens des efforts continus du ministre Le Drian, en lien avec ses homologues allemand, égyptien et jordanien. Restaurer la confiance suppose des engagements graduels de part et d’autre. Nous nous félicitons de l’annonce d’une reprise de la coordination entre Israéliens et Palestiniens, et en partie de la réaffirmation par Israël de son engagement en faveur des accords bilatéraux passés. Cette coopération peut permettre d’apporter une meilleure réponse à la pandémie de COVID-19.

Cela passe par une relance de la réconciliation inter-palestinienne. Il est important que les élections annoncées par le Président Abbas devant l’Assemblée générale en septembre ne fasse pas l’objet d’un nouveau report. Il faut que chacun prenne sa part pour faire avancer la paix. Les parties qui doivent faire preuve de courage, les Nations unies et leur agences, notamment l’UNRWA qui doit être soutenue politiquement et financièrement, et chaque membre de la communauté internationale qui doit apporter sa pierre à l’édifice.

Vous pouvez compter sur la France pour contribuer sans relâche à cet effort collectif.

Je vous remercie.

Dernière modification : 18/11/2020

Haut de page