Nous appelons une fois de plus la Russie à respecter l’intégrité territoriale de l’Ukraine

DEBAT SUR LA SITUATION DANS LES TERRITOIRES TEMPORAIREMENT OCCUPES D’UKRAINE

INTERVENTION DE M. NICOLAS DE RIVIERE,
REPRESENTANT PERMANENT DE LA FRANCE AUPRES DES NATIONS UNIES

ASSEMBLEE GENERALE

New York, le 23 février 2021

Monsieur le Président,

Sept ans se sont déjà écoulés depuis l’annexion illégale de la République autonome de Crimée et de la ville de Sébastopol par la Russie. En dépit des garanties données lors de la signature du mémorandum de Budapest, la Russie a violé de manière flagrante, depuis 2014, les principes et les objectifs inscrits dans la Charte de l’organisation des Nations unies. Nous appelons une fois de plus la Russie à respecter ses obligations et ses engagements internationaux ainsi que la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine dans ses frontières internationalement reconnues. Nous réaffirmons notre soutien à la politique de non-reconnaissance défendue par l’Union européenne.

La militarisation continue de la péninsule constitue une source de tensions préoccupante. Elle a des répercussions sur la sécurité de la région de la mer Noire et de ses pays riverains. Nous appelons la Russie à garantir la liberté de navigation de tous les navires dans le détroit de Kertch dans le respect du droit international. Les restrictions illégales imposées à ce passage exacerbent les tensions, avec des conséquences négatives pour les ports ukrainiens de la mer d’Azov et pour toute la région. Nous appelons également la Russie à prendre des mesures pour améliorer la situation environnementale en Crimée, qui s’est considérablement dégradée.

L’annexion illégale de la Crimée a conduit à des violations graves et répétées des droits de l’Homme : des exécutions extrajudiciaires, des détentions arbitraires, des enlèvements, des disparitions forcées et des discriminations, notamment fondées sur la religion ou la conviction. Nous appelons la Russie à mettre un terme à cette politique visant manifestement à faire taire toutes celles et ceux qui osent dénoncer l’annexion de la Crimée. Les responsables de ces violations doivent répondre de leurs actes devant la justice. La Russie doit également interrompre sa politique de changement démographique dans la péninsule.

Par ailleurs, la France poursuit ses efforts avec l’Allemagne dans le cadre du format Normandie afin de parvenir à la construction d’une paix juste et durable dans l’Est de l’Ukraine et au rétablissement de la pleine souveraineté ukrainienne sur le Donbass. Nous renouvelons notre appel aux parties russe et ukrainienne à progresser dans la mise en œuvre complète des accords de Minsk, conformément aux conclusions du sommet de Paris de décembre 2019. Nous n’acceptons pas le discours de la Russie qui consiste à rejeter sur l’Ukraine seule la responsabilité des blocages. Nous appelons la Russie à prendre les responsabilités qui sont les siennes et à faire davantage usage de l’influence dont elle dispose sur les représentants de facto des zones non-contrôlées par le gouvernement ukrainien.

La France se joint enfin à l’intervention prononcée par le représentant de la délégation de l’Union européenne.

Je vous remercie.

Dernière modification : 23/02/2021

Haut de page