Soudan du Sud : nous appelons toutes les parties au respect du droit international humanitaire

SOUDAN DU SUD
INTERVENTION DE MME SHERAZ GASRI,
COORDINATRICE POLITIQUE DE LA MISSION PERMANENTE DE LA FRANCE AUPRES DES NATIONS UNIES

AU CONSEIL DE SECURITE

New York, le 21 juin 2021

Merci monsieur le président.

Je remercie à mon tour le Représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour son intervention ainsi que M. Mohandis pour ses éléments très éclairants. Je salue également la présence du représentant du Sud-Soudan que nous allons écouter avec intérêt dans quelque temps.

Je tiens à assurer M. Nicholas Haysom du plein soutien de la France. La MINUSS remplit une fonction essentielle, d’autant plus à l’approche des élections qui sont prévues à l’issue de la transition. Il vous revient également, M. le Représentant spécial, d’appuyer l’action de la société civile, notamment des femmes et des jeunes. C’est d’eux que dépend l’avenir du Sud-Soudan.

Monsieur le président,

Nous sommes préoccupés, comme nos autres partenaires, par la poursuite des violences, en particulier dans les régions de Malakal, du Nil supérieur et du Jonglei. Nous appelons le gouvernement à y mettre fin. Cela implique en particulier de donner aux gouverneurs et aux sous-préfets les moyens nécessaires pour remplir leurs missions.

Nous appelons toutes les parties au respect du droit international humanitaire. A cet égard, nous condamnons, à notre tour, les attaques contre les personnels humanitaires et médicaux. Les autorités sud-soudanaises doivent traduire en justice les auteurs de ces actes. Le Conseil de sécurité doit également sanctionner davantage les auteurs d’attaques contre les humanitaires et le personnel médical.

Alors que les besoins humanitaires sont immenses, ces personnels doivent pouvoir agir sans peur d’être pris pour cible, avec le plein soutien du Conseil de sécurité. La facilitation de l’accès humanitaire nécessite en outre de garantir la pleine liberté de mouvement de la MINUSS. Or, les restrictions croissantes imposées au cours des derniers mois, principalement par les forces de sécurité, méconnaissent les obligations du gouvernement.

La France est aussi prête à concrétiser la main tendue par le Conseil de sécurité au Soudan du Sud, à condition que les objectifs fixés par le Conseil de sécurité soient atteints par le gouvernement.

Le Conseil de sécurité a récemment défini plusieurs perspectives. En mars, lors du renouvellement du mandat de la MINUSS, le Conseil s’est montré prêt à des ajustements des effectifs et mandat de la mission. En mai, lors du renouvellement du régime de sanctions, nous nous sommes dit prêts à revoir les mesures d’embargo sur les armes. Le Conseil de sécurité a fixé des conditions claires pour cela, qui doivent être mises en œuvre par le gouvernement du Soudan du Sud, avec le soutien de la mission.

Je salue à ce titre la prise en charge par les autorités sud-soudanaises de la sécurité des personnes déplacées dans les anciens sites de protection des civils. La reconstitution de l’assemblée nationale législative de transition et le lancement formel du processus constitutionnel sont également des pas en avant, qui doivent se concrétiser.

L’essentiel des mesures reste en attente, en particulier s’agissant de la réforme du secteur de la sécurité : la mise en place des forces unifiées, sous un commandement unique, l’achèvement de la revue stratégique de défense et de sécurité, l’avancée du processus de désarmement, démobilisation et réintégration, la bonne gestion des stocks d’armes et de munitions ainsi que la mise en œuvre du plan d’action contre les violences sexuelles liées aux conflits.

Enfin, la levée des obstructions à la liberté de mouvement de la mission et à l’accès humanitaire font partie des mesures attendues. C’est également le cas de la mise en œuvre des instances de justice transitionnelle, y compris la Cour hybride prévue par l’accord de paix revitalisé, dont la création a pourtant été approuvée en février dernier.

Je vous remercie, monsieur le président.

Dernière modification : 21/06/2021

Haut de page