Femmes, paix et sécurité [en]

« Il y a aujourd’hui un consensus sur ce fait : lorsqu’on néglige la moitié de l’humanité, on s’assure de voir des conflits perdurer. » Anne Gueguen, représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations unies, le 10 août 2017

Promotion par la France de l’agenda « Femmes, paix et sécurité » du Conseil de sécurité des Nations unies

Il est essentiel de protéger les femmes contre la violence des conflits. Il faut aussi promouvoir et assurer leurs participations à la prévention et à la résolution des conflits. C’est pourquoi le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté en 2000 une résolution fondatrice à ce sujet : la résolution 1325. Depuis 2000, sept autres résolutions ont été adoptées par le Conseil. Elles constituent un socle fondamental en vue d’une pleine prise en compte de la situation des femmes dans les conflits.

La France est mobilisée au Conseil de sécurité pour l’égalité homme/femme, l’un des objectifs de développement durable adopté par les Etats membres des Nations unies en 2015, et pour la protection des droits des femmes. Dans ce contexte, elle promeut activement l’agenda « Femmes, paix et sécurité ». La France organise lors de sa présidence du Conseil de sécurité, le 27 octobre 2017, un débat public sur le thème « Femmes, Paix et sécurité ». L’objectif est de renforcer la mise en œuvre de cet agenda et de recueillir des engagements pour une participation accrue des femmes au processus.

La protection des femmes dans les zones de conflits armés

Les effets des conflits armés sur les femmes sont nombreux et destructeurs. Il faut lutter contre les violences qui leur sont faîtes, prendre en compte les difficultés rencontrées par les femmes déplacées ou, plus spécifiquement, lutter contre les violences commises à leur égard par des groupes terroristes.

En 2008, la violence sexuelle est reconnue comme arme de guerre. La France a joué un rôle actif dans l’adoption la résolution 1820 du Conseil de sécurité, qui marque une véritable prise de conscience de la part de la communauté internationale de la nécessité de renforcer significativement la lutte contre les violences sexuelles dans les conflits armés et de lutter contre l’impunité. Concernant les abus et les violences sexuels, la France soutient la stratégie de « tolérance zéro » du Secrétaire général des Nations unies, pour prévenir et répondre aux abus sexuels.

JPEG - 1.4 Mo
The effects of armed conflicts on women are numerous and destructive.
Credits : UN Photos

La participation des femmes dans la prévention et la résolution des conflits

Il faut assurer une entière participation des femmes à l’obtention et à la consolidation de la paix. En 2009, le Conseil de sécurité a mis en place de nouveaux outils pour mieux prendre en compte le rôle des femmes dans la consolidation de la paix (résolution 1888). Cette résolution exige la remise de rapports annuels par le Secrétaire général des Nations unies et encourage la nomination de conseillers au sein des opérations de maintien de la paix. De plus en plus de mandats d’opérations de maintien de la paix (OMP) prennent en compte le rôle des femmes à tous les stades des crises. C’est notamment le cas de la MONUSCO, la MINUSMA ou encore la MINUSCA.

Quinze ans après l’adoption de la résolution fondatrice 1325, le Conseil de sécurité a adopté la résolution 2242 (2015), qui souligne l’importance de la participation des femmes dans les processus politiques, dans les négociations de paix et dans les mécanismes de résolution et de prévention des conflits. La France promeut cette participation, étant convaincue qu’elle renforcera l’efficacité de la résolution des conflits.

JPEG - 357.4 ko
Meeting with women leaders during the UN Security Council Mission in Mali in October 2017
Credits : MINUSMA

La France soutient pleinement ONU Femmes, entité des Nations unies chargée de la défense des droits des femmes, avec laquelle elle met en œuvre plusieurs actions concrètes de coopération. La France contribue financièrement à des projets renforçant la participation des femmes dans les pays, comme au Mali, en République démocratique du Congo, en Afghanistan, en République Centrafricaine ou encore pour les réfugiées syriennes.

Enfin, à titre national, la France a adopté deux plans nationaux d’action pour la mise en œuvre de l’agenda « Femmes, paix et sécurité ». Ils reposent sur plusieurs piliers, comme la prévention et la promotion de l’agenda, la lutte contre l’impunité ou encore la protection contre les violences faîtes aux femmes.

Dernière modification : 27/10/2017

Haut de page