Libye:le respect de l’embargo sur les armes est plus que jamais une priorité [en]

Libye
Intervention de Mme Anne Gueguen, représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations unies
Conseil de sécurité – 10 juin 2019

Monsieur le Président,

La France salue l’adoption à l’unanimité de la résolution 2473 qui renouvelle pour un an l’autorisation du Conseil de Sécurité afin de mettre en œuvre de manière efficace l’embargo sur les armes à destination de la Libye par la voie maritime.

La France demeure extrêmement préoccupée par la situation en Libye et en particulier par la poursuite des combats et leurs conséquences potentielles pour les pays de la région. Nous restons convaincus qu’il n’y a pas de solution militaire à la crise libyenne et que seul un processus politique peut permettre retour à la stabilité en Libye.

C’est pour soutenir ce processus politique que la France réitère elle aussi son appel à la mise en œuvre d’un cessez-le-feu immédiat et sans préconditions. Simultanément, les parties au conflit doivent s’engager en faveur du dialogue mené par l’Envoyé Spécial, Ghassan Salamé, à qui la France réitère son plein soutien.

Dans ce contexte, qui fragilise la dynamique politique et renforce l’instabilité du pays, le respect de l’embargo sur les armes est plus que jamais une priorité.
L’opération Sophia garde un rôle important pour la stabilisation de la Libye. Son caractère dissuasif limite les violations de l’embargo sur les armes et les flux d’armes qui continuent de transiter par la voie maritime et qui ne font qu’aggraver la situation depuis le début de l’offensive. Si les moyens maritimes de l’opération ont été suspendus temporairement, l’opération Sophia a recentré son action et demeure active pour mettre en œuvre le mandat que lui a été confié à travers :

- D’une part son action de formation des gardes- côtes libyens ainsi que le suivi de leurs actions afin de s’assurer de leur efficacité opérationnelle et du respect des droits de l’homme. Cette action permet aux autorités libyennes de contribuer, à leur niveau, à la lutte contre le trafic d’armes.
- Et d’autre part, l’opération mobilise ses moyens aériens pour recueillir du renseignement et les informations nécessaire au maintien de l’embargo sur les armes ;

Nous poursuivrons au sein de l’Union européenne notre contribution aux actions menées par l’opération Sophia. Il est nécessaire pour cela qu’elle continue à bénéficier de l’autorisation mise en place par la résolution 2292 et renouvelée aujourd’hui par la résolution 2473 afin de disposer de la légitimité et des moyens nécessaires pour agir efficacement.

Je vous remercie.

Dernière modification : 10/06/2019

Haut de page